Partager
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Ma Mamadou  Sadou Bah est le premier du moins pour le moment des accusés à reconnaitre les faits  qui lui sont reprochés.
Après Alpha Oumar Diallo, alias AOB, Jean Guilavogui, Fatou Badiar Diallo, Almamy Aguibou Diallo, Baba Alimou Barry, Mamadou Alpha Diallo, El hadj Boubacar Diallo, Thierno Saidou Diallo qui ont tous nié les faits même si El hadj Boubacar Diallo nuance ses propos  en soutenant qu’il ne peut ni confirmer, ni infirmer si Baba Alimou Baryy avait des  armes dans sa voiture, l’accusé Mamadou  Sadou Bah, appelé à la barre vendredi, lui a reconnu les faits qui lui sont reprochés.
Selon l’accusé, c’est  Soufiane Diallo qui m’a présenté pour la première fois Thierno Saidou Diallo qui lui avait contacté pour lui demander de l’aider à trouver des armes. «  Auparavant,  j’avais acheté une arme  de PMAK à Madina dans la main d’un passant il y avait un peu longtemps  et puisque j’avais des problèmes avec ma maman malade et les problèmes de location, j’ai fini par vendre ».
Par après, Thierno Saidou Diallo est revenu « pour me demander si je ne connaissais pas une autre personne qui possédait des armes pour  acheter ».
C’est ainsi dira t-il qu’il a trouvé deux autres personnes dont une avait des armes de chasse à oiseaux. Il ne se rappel pas du prix. « C’est entre 1 million 500 mille et deux millions 500 000 GNF ».
Le parquet général représenté par William Fernandez fera remarquer  à Mamadou  Sadou Bah que la loi du 22 juillet 1996 interdit aux citoyens de détenir et de commercialiser les armes en Guinée.
Dans les questions réponses,  l’accusé Mamadou  Sadou Bah n’a pas varié, il reconnaît avoir vendu trois armes à Thierno Saidou Diallo.
 
Mais problème, c’est qu’au paravent, l’accusé Thierno Saidou Diallo avait nié tout. Il s’est d’ailleurs présenté comme étudiant en 4è année Médecine qui n’a jamais touché à une arme.
Mamadou  Sadou Bah est donc le premier accusé à reconnaitre les faits qui lui sont reproché depuis le début du procès des personnes accusés dans l’attaque contre la résidence privée du président Alpha Condé le 19 juillet 2011.
Pour ce qui est de Baba Alimou Barry,  le procureur général fera remarquer que son tuteur, el hadj Boubacar Diallo  qui nie les faits qui lui sont reprochés qu’il avait soutenu devant le juge d’instruction et trois de ses avocats que sont Me Rafi Raza, Me Morlus Sylla et Me  Alsény Aminata Sylla que les armes lui avait bel et bien montré les armes dans la voiture de Baba Alimou Barry qui était garé dans sa cour.
Par ailleurs, la demande de liberté provisoire demandée par les avocats de la défense pour el hadj Boubacar Diallo avait été rejetée par le président de la cour Me Fodé  Bangoura.
Les audiences reprennent mercredi et nous y reviendrons.
 
Mohamed Soumah
Partager