Partager
Le président de l’UFDG, union des forces démocratiques de Guinée et candidat malheureux à la présidentielle de 2010 Mamadou Cellou Dalein Diallo est attendu ce mardi à la cour d’appel de Conakry.
C’est du moins, l’information que notre reporter Ousmane Cissé qui couvre le procès des personnes accusées dans le dossier de l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat a appris auprès du pool des juges d’instruction.
Pour rappel le 28 septembre 2009 sous le magistère du capitaine Moussa Dadis Camara, alors président du CNDD, conseil national pour la démocratie et le développement, une marche pacifique de l’opposition qui protestait contre la candidature du chef de la junte avait été réprimée dans le sang.
Le gouvernement avait établi le nombre de victime à l’époque à 87 personnes situées et des dizaines de blessés.
Les organisations de défense des droits de l’homme ont parlé de plus de 150 morts et des milliers de blessés.
Mais pourquoi Mamadou Cellou Diallo à la barre ?
Pour la petite histoire, il faut dire que dans les manifestations politiques, c’est lui qui mobilise ses parents dans la rue le plus souvent.
Dans les cinq communes de la capitale Conakry, Kaloum, Matam, Dixin et Matoto ont toujours gardé leur calme olympien. C’est la commune de Ratoma  peuplé à majorité peuls et acquis à la cause de Mamadou Cellou qui descendent toujours dans la rue.
Par ailleurs, les manifestants ce jour sont venus essentiellement de l’axe Hamdallaye-Bambeto-Cosa, appelé communément axe du mal.
Un autrte fait et non le moindre, c’est que nombreux sont des guinéens et autres observateurs qui ont pointé un doigt accusateur sur certains leaders politiques  qui auraient recrutés des mercenaires pour réprimer la manifestation et mettre sur le dos du capitaine Dadis Camara.
A préciser que les organisations de défense des droits de l’homme sont monté au créneau fin décembre 2012  pour dénoncer l’impunité  au tour de ces événements trois ans après.
 
Mohamed Soumah

 

Partager