Partager
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la mort est inévitable. Tôt ou tard, elle arrivera toujours. Mais ce qui est difficile, c’est la manière par la quelle, elle arrive,  nous enseigne la sagesse populaire.
 
 Partis de Conakry  pour un voyage de non retour aux environs de 6 heures le  lundi 11 février pour assister à la fête  nationale de l’armée libérienne,  le crash de l’ avion a coûté la vie aux six (6) membres de la délégation de l’armée guinéenne conduite par le chef d’Etat-major général des armées, général de division Souleymane Kèlèfa Diallo et aux cinq membres de l’équipage.
 
Le chef d’état major , général de division,  Souleymane Kèlèfa Diallo  et ses compagnons, Commandant Mamadou Malal Diallo de la  presse militaire, Adjudant Aboubacar Mabinty Bangoura, son cameraman, Capitaine Mamoudou Condé « Milla », aide de camp, Mamoudou Condé, interprète, Colonel Moustapha Sangaré, Colonel  Mamadou Cellou Dalein Diallo, pilote,  Lieutenant-colonel Soriba Diawara, Colonel Sanoussy Camara, Colonel Mohamed Papa Coumbassa ont eu tous les honneurs dû à leur rang ce mercredi pour les services rendus à la nation.
 C’était sur l’esplanade du palais du peuple.
Militaires, hommes de rang, responsables militaires, membres du gouvernement, autorités guinéennes au plus haut niveau, parents, amis, collaborateurs,  hommes politiques, connaissances  et de nombreux citoyens ont tenus à rendre un hommage appuyé aux illustres disparus. Difficile de retenir les larmes encore moins de  revenir ici sur tout ce qui a été dit.  Ils étaient des milliers de personnes à  rallier le palais du  peuple. , Difficile de se frayer un chemin tellement qu’il y avait du monde.
Difficile de se frayer un chemin tellement qu’il y avait du monde.
 
Il y avait tellement de monde que  le programme initial qui avait prévu  la prière funèbre à la Grande Mosquée Fayçal  de Conakry a été déplacée et aura  finalement lieu  sur l’esplanade du palais du peuple. Pour éviter des bousculades et autres désagréments liés à la grande mobilisation.
Cercueils couverts du drapeau national, rouge-jaune-vert et exposés devant des milliers de personnes venus de la Guinée et de certains pays de la  sous-région, l’on a eu droit à la lecture de la biographie des 11 militaires. En résumé, leur fidélité et leur dévouement pour une armée Républicaine ne souffrait d’aucune ambigüité. Il en est de même sur le plan humain et intellectuel, rapporte l’armée guinéenne.
Après la prière de 14 heures, les 11 corps ont été acheminés au cimetière national de Cameroun où ils reposeront désormais pour l’éternité.
Hier déjà, le président Alpha Condé à titre posthume avait honoré les victimes à travers une décoration  pour les services loyaux rendus à la nation.
Les hommes religieux et simples citoyens ont aussi eu des pensées pieuses dans leur prière pour le repos de l’âme des disparus.
Le cimetière national de Cameroun, situé non loin du pont du 8 novembre est donc la fin de parcours pour les 11 combattants au service de l’armée guinéenne et de la Guinée.
Quand au Commandant Mamadou Malal Diallo de la presse militaire qui nous a toujours côtoyé dans les salles de Rédaction de la RTG, radio télévision guinéenne où nous sommes Reporter, il faut dire que c’est un homme joyeux qui avait toujours le sourire aux lèvres.
J’ai parlé avec lui pour la dernière fois le vendredi dernier à la devanture de la RTG aux environs de 16 heures. Mais j’étais loin d’imaginer qu’un crash d’avion allait nous priver de cet homme combien gentil et qui aimait son travail et sa tenue militaire. Commandant Malal était toujours bien habillé.
 Ainsi en a décidé le bon DIEU. A dieu mon Commandant et à tous les autres.
 Que la terre de Guinée que vous avez  tant servi et protéger de ses ennemis pour plus de paix et de quiétude sociale dans le pays soit clémente envers vous et nous prions pour que vous recevez un accueil chaleureux de la part du  tout puissant Allah dans son paradis infini et éternel.
 
Almamy Kalla CONTE
Fondateur de Guineelive
64 26 13 70
Partager