Partager

La Commission européenne a décidé d’octroyer 8,4 millions d’euros à la République de Guinée pour la mise en œuvre d’un projet visant à soutenir l’adduction d’eau en milieux rural et semi-urbain. Cette action s’inscrit dans le cadre de l’initiative européenne pour l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) horizon 2015. Les fonds seront orientés principalement vers les régions de N’Zérékoré et de Kankan mais contribueront également à renforcer le Service National de l’Eau Potable (SNAPE) dans la mise en œuvre de la Stratégie du Service Public de l’Eau en milieux rural et semi-urbain.

 

Bien que le niveau d’accès à l’eau potable en Guinée se soit globalement amélioré ces dernières années (jusqu’à 70%), il reste tout de même très bas dans certaines préfectures des régions administratives de N’Zérékoré et de Kankan où l’insalubrité et la mortalité infantile restent préoccupantes.

Le Service National de l’Eau Potable (SNAPE), traditionnellement en charge de l’approvisionnement en eau en milieu rural, entend s’insérer davantage dans les processus de décentralisation en renforçant la gestion des services d’eau potable par les communes rurales elles-mêmes avec la création d’un Service Public de l’Eau. La stratégie se base sur la maîtrise d’ouvrage communale et l’implication des structures associatives de gestion et des services régionaux déconcentrés.

Tout en renforçant la Stratégie du Service Public de l’Eau au niveau national, le projet prévoit l’installation dans les régions ciblées d’une quinzaine de systèmes hybrides d’adduction d’eau potable, d’une trentaine de forages équipés de pompes manuelles ainsi que de nombreuses infrastructures d’assainissement. Il vise également à réaliser des microprojets communaux pour la promotion de la santé et de l’hygiène publiques, l’organisation des collectivités et la gestion durable des ressources en eau. Plus de 70.000 personnes tireront profit du projet.

Pour M. Philippe VAN DAMME, Chef de la Délégation de l’Union Européenne en Guinée, «Ce projet vient en appui au gouvernement guinéen dans ses efforts de réduction de la morbidité et de la mortalité infanto-juvénile par la promotion de l’hygiène et de la santé infantile. Il permettra également de renforcer les capacités des communes dans la fourniture des services sociaux de base aux populations, notamment par l’approvisionnement des ménages en eau potable».

La Commission européenne et la République de Guinée vont signer le document de la convention de financement dans les jours à venir.

Partager