Partager
Les leaders des partis politiques regroupés au sein du collectif, du CDR et de l’ADP  étaient en conférence de presse ce lundi pour réitérer leur retrait du processus électoral tout en soutenant qu’il n’est pas question de boycotter.
A propos des conditions de recrutement de la société sud africaine Waymark, un confrère a interpellé l’ancien commissaire  et porte parole de la commissaire électorale nationale indépendante, Thierno  Sadou Bayo.
Et pour commencer, il dira que par rapport à la loi sur la CENI, l’opposition guinéenne s’est fait prendre. « La loi 013 qui a été remplacée est mieux que la loi 016 que nous avons maintenant ». Pour ce qui est de la gestion actuelle de l’institution chargée d’organiser les élections, Thierno  Sadou Bayo préfère Lounceny Fofana à  Bakary Fofana. « il parait que l’actuel président ne discute avec personne des problèmes de la CENI. Si vous le parliez de quelque chose, il donne son accord mais après il fait ce qu’il veut. Aucun commissaire n’est associé à la prise des décisions. Lounceny Camara, lui acceptait des discutions même si par après, il y avait des problèmes entre nous».
Sur le cas précis de l’opérateur sud africain Waymark, Bayo a affirmé « c’est moi qui avait été désigné pour aller en Afrique du sud négocier ce contrat. Mais à cause de mes occupations, Lounceny  Camara a été désigné. Mais c’est  Pathé Dieng qui a signé le contrat qui concernait la gestion des kits au nombre de 1000 et non le recensement des électeurs. Si c’est Ben Sékou Sylla qui a négocié ce contrat, alors il a mal négocié ».
Malheureusement, feu Ben  Sékou Sylla n’est plus de ce monde pour apporter la contradiction. Dommages.
Daouda Yansané
 
Partager