Partager
Après les manifestations du mercredi, l’heure était au bilan dans la soirée par les autorités en charge de la sécurité.
Le gouvernement par la voix du Ministre  Maramany Cissé a regretté le fait que l’itinéraire défini  n’a pas été respecté par les manifestants.
Au total,  selon le Ministre Cissé, 130 personnes ont été  blessées  dont 68 policiers et gendarmes. Dans ce nombre, il y a des cas très sérieux aux dires du Ministre dont des états comateux. Des véhicules  de la police et de la gendarmerie qui ont  été détruits par des manifestants, selon la version du Ministre.
Pour sa part, l’opposition regroupé au sein du collectif, du CDR et de l’ADP crient et accusent policiers et gendarmes de  « tirer à balles réelles » sur les manifestants. Vrai ou faux, la preuve n’a pas en tout cas été rapportée  pour le moment par des opposants au régime Condé.
La seule certitude, c’est que sur la bretelle hamdallaye-Bambeto-Cosa,  fief de Mamadou Cellou Diallo, les pierres jonchent les rues.
C’est justement à cause de ses jets de pierre que le président du parti de l’espoir pour le développement national, Lansana Kouyaté n’a pas pu rallier le stade du 28 septembre où se trouvaient déjà les autres leaders.
Pour ce qui est des autres communes de la capitale guinéenne, il faut dire que c’était le calme olympien.  Pas de dégâts matériels encore moins de blessés.
Notons enfin que pour encadrer la marche, le gouvernement avait mobilisé quelques 4000 forces de défense et de sécurité dont 1500 policiers.
 
Mohamed Soumah
 
Partager