Partager
L’on ne dira jamais assez. La violence appelle la violence. Sur la bretelle Hamdallaye- Bambeto-Cosa, fief de Mamadou CellouDiallo, les choses ne se passent pas comme le prévoit la loi. Les militants de cette zone sont supérieurs aux lois guinéennes.
 
Et ces derniers temps, c’est après une marche pacifique que ses partisans embusqués dans les forêts et rivières de Kakimbocommencent à semer la désolation sur l’axe avec des jets de pierres.
La spirale de la violence  est toujours de mise avec des tires à balles réelles !
Comme la mort du jeune Amadou Têla Bah, ne suffisait pas le 27 février, jour de la manifestation, la zone a de nouveau été le centre de  tires toute la journée du jeudi.  En effet, les coups de feu ont été entendus derrière l’ambassade des Etats Unis enGuinée.Après tout, ce ne sont pas des militaires, policiers ou gendarmes qui étaient sur les lieux mais plutot les militants deMamadou Cellou.
La circulation a été perturbée toute la journée du jeudi sur cette bretelle. De paisibles citoyens et leurs biens en ont fait les frais de la colère des partisans de MamadouCellou Diallo.
 
Dans une déclaration rendue publique jeudi soir, le Ministre de la justice, garde des sceaux, Me Christian Sow a décidé finalement d’ouvrir « une action publique » contre les auteurs de la manifestation qui a causé la perte d’au moins une personne, de 130 blessés et de nombreux dégâts matériels importants, selon la version officielle.
 
Cette situation n’est pas sans conséquence sur le travail de la représentation diplomatique du pays de Barack Obama en Guinée.
Mamadou Cellou Diallo l’entendra t-il de cette oreille?
 
Mohamed Soumah

 

Partager