Partager

Suite à la lettre envoyée aux partis politiques à travers  le Ministère de l’Administration du Territoire et de la décentralisation, le Président Alpha Condé a reçu a, enfin reçu ce lundi, 4 mars 2013 au Palais Sékhoutouréya, dix représentants de la mouvance présidentielle, trois de l’opposition notamment, Aboubacar Sylla, respectivement, Président du Parti l’Union des Forces du Changement (UFC), Dr Djalikatou Diallo du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) de Lansana Kouyaté et Dr Bangoura de l’Union des Forces Républicaines de Sidya Touré.

 

Et le  Premier ministre, Chef du Gouvernement, Mohamed Saïd Fofana était de la partie.

 

Présents à cette rencontre, représentants des partis politiques de l’opposition ont sans réserve, exprimé leurs attentes tout en dénonçant  ‘’le dialogue mitigé’’.

Aboubacar Sylla n’hésitera de revenir sur les derniers évènements, qui ont, selon Sylla, occasionné ‘’la crise économique et sociale, la crise morale, la précarité institutionnelle que connait la Guinée’’.

Par ailleurs, le Président de l’UFC s’exprimera avec  vigueur, et remerciera Alpha Condé pour l’invitation, avant de plaider pour un dialogue franc et structuré avec le gouvernement.

Parlant de la CENI, de la Société Waymark, des Guinéens de l’Etranger ainsi que du chronogramme, Aboubacar Sylla a demandé un gel du processus électoral et formulé des exigences à savoir : la libération des militants de l’opposition arrêtés arbitrairement, la prise en charge des blessés graves et l’ouverture d’une enquête sur les violences à Conakry avant de solliciter l’intervention de la communauté internationale dans le processus électoral en République de Guinée.

En réponse, le Président Alpha Condé s’exprimera en ces termes : « La Guinée c’est notre pays, unissons-nous de nos différences, c’est la vraie richesse. La Guinée est dotée de quatre régions naturelles comme les quatre roues d’une voiture, il existe des opinions différentes dans notre vie, c’est notre richesse, en tant que Président de la République, je suis au dessus des partis et des problèmes, moi je dois m’occuper de la nation ».

 

Pour finir, le Chef de l’Etat a indiqué que « les incompréhensions ne sont pas insurmontables lorsque l’on est engagé dans un projet durable pour le pays.  Je lance un appel solennel, pour éviter la violence, car, depuis des siècles, nous sommes liés par le sang, l’histoire et la culture. La Guinée est notre pays à tous. Soyons au rendez-vous d’une démocratie pacifique et durable».

 

 

 

 

 

 

Pour le porte-parole des partis du centre, Jean Marie Doré : «  Quelle que soit la nature ou la gravité des problèmes, il faut promouvoir un dialogue responsable qui permet de sortir des difficultés, pour aller au fond des évènements. Comme la question du vote des Guinéens de l’Etranger, qui a été posé même pour les présidentielles, puisque le vote n’a pu être organisé que dans 17 ambassades sur 134 pays où les Guinéens sont présents ».

Parlant de la fameuse Société, waymark, Doré a souhaité une solution consensuelle pour ne pas dit-il, rater le dixième FED.

Aussi, le leader de l’UPG a déploré  l’inexistence d’une Ecole nationale d’Administration en Guinée et l’absence de rencontres régulières entre le Chef de l’Etat et l’opposition.

Pour sortir d’une fatalité de mauvaise réputation, trouver une solution de consensus, Jean Marie Doré  s’est dit très optimiste, car, étant représentant, d’un groupe d’optimistes, raison pour laquelle, il rappellera que « sans le Centre, le monde ne serait pas en équilibre ».

 

 

A noter qu’à l’issue de la rencontre pouvoir-opposition, un cadre permanent de dialogue a été mis en place. Il sera dirigé par le Premier ministre, Mohamed Saïd Fofana en vue d’apporter dit-on, des réponses adéquates aux inquiétudes des uns et des autres afin d’organiser des élections libres, transparentes et crédibles en Guinée.

Mais à quoi doit-on s’attendre ?  Car, ils sont nombreux les guinéens qui estiment que la présence des partis de la mouvance présidentielle à une telle rencontre, pourrait compliquer les choses.

On verra bien…

 Sannou Camara 65 13 00 33

 

 

Partager