Partager
Malgré le tollé suscité au tour de la société Sud africaine WayMark  recrutée par l’ancien président de la commission électorale nationale indépendante, feu Ben Sékou Sylla  avec une facture payée par Pathé Dieng, représentant du parti de Mamadou Cellou Diallo à CENI, selon Alpha Condé, l’institution chargée d’organiser les élections en Guinée  travail d’arrache-pied.
 
Ainsi, après l’installation des démembrements, le lancement des opérations de révision, la formation des formateurs et des agents pour ne citer que ceux-là,  la commission électorale nationale indépendante vient de poser de nouveaux actes. En payant et en intégralité, les arriérés de salaires de ses démembrements. Ce, aussi bien à Conakry, la capitale que dans le pays profond, notamment dans les 33 préfectures que compte le pays.
Bakary Fofana paye ainsi la dette contractée par l’ancienne CENI au nom de la continuité des services et de la République.
Par ailleurs, même si les bases pour la révision des listes électorales sont posées, il faut dire que  l’opération proprement dit se fait toujours attendre.
En effet, pouvoir et opposition ne s’accordent toujours pas sur le choix de l’opérateur Sud africain WayMark  et de son partenaire guinéen, Sabary Technology qui appartiendrait à un certain Yaya Kane, qui est lui, aussi membre de la commission électorale nationale indépendante.
En outre, récemment, le président Alpha Condé, lors de la visite des chefs d’Etat de l’union du fleuve Mano que sont l’ivoirien Alhassane Dramane Ouattara, Ernest Bai Koroma de la Sierre léone et Ellen Searleaf du Libéria, Alpha Condé avait laissé entendre implicitement que la date du 12 mai n’était pas tenable. Il souhaite que la commission électorale nationale indépendante  lui fasse une nouvelle proposition.
Sans cesse repousser depuis 2011, les élections législatives devaient en principe et selon la loi se tenir six mois après la présidentielle de 2010.
A quand donc la nouvelle date et la tenue effective de ces législatives qui n’ont que trop durée ? Malin, qui sera réponde.
 
Ousmane Cissé
 
Partager