Partager
Le cinéma  Rogbane de (Conakry) a abrité ce matin le lancement de la première édition du festival du film Francophone. En présence de l’ambassadeur de la France et des centaines  d’enfants venus des établissements divers de la capitale. Ce festival  prévu du 18 au 23 mars 2013 sera une semaine de fête et de  partage pour tous et se déroule à Conakry ainsi que dans les quatre régions naturelles de la Guinée. Ce pour une découverte de la diversité culturelle autour d’une langue commune : le français.

 Avec des projections entrée libre et gratuite en capital, à KankanForécariah, N’zérékoré et Labé.

 Pascal Lejouyeux chargée de mission pour la Francophonie à l’ambassade de  France en Guinée  et responsable de la semaine de la francophonie et du festival du film francophone a,  au cours de son intervention, dit que ce festival s’inscrit dans le cadre de la semaine de la francophonie. Une façon de mettre le français en lumière et des objectifs avec le cinéma. C’est aussi une manière d’offrir aux  guinéens des moments de fête et de partage du français. Pour cette  première édition,  le public cible privilégié est la jeunesse : enfants, adolescents, étudiants. Ils sont l’avenir du pays et l’image leur parle, dira t-elle. Sur les objectif de son projet, elle a déclaré que ce projet à deux objectif principaux.
Premièrement, relancer  le cinéma guinéen, faire des salles de cinéma de Conakry et celles de l’intérieur  du pays pour que le pays ait un lieu d’attraction pour tous les couches de la population plus précisément les jeunes. Faire des salles de cinéma dans les localités ou le besoin se manifeste.
Deuxièmement, elle entend  faire la cinéecole, qui vise à apprendre le cinéma aux enfants dès le primaire.  » Ca va leur permettre de prendre du goût au cinéma », a soutenu la responsable chargée de mission pour la Francophonie à l’ambassade de  France en Guinée  et responsable de la semaine de la francophonie et du festival du film francophone.

L’ambassadeur de la France en Guinée a pour sa part exprimé sa joie par rapport a l’événement . Pour Bertrand Cochéry, on ne peut pas promouvoir la francophonie sans prendre le chemin du cinéma. Surtout, le cinéma Africain où il y a une créature cinématographique africaine qui  comme d’autres créatures cinématographique du monde entier connait aussi des difficultés.  » Mais je sais qu’à titre personnel,  j’ai aimé découvrir le cinéma africain dans des grandes salles cinématographiques parisiennes ».
Parlant du choix porté sur les enfants, le diplomate Français a dit que si l’on veut redonner le goût du cinéma au public,  il faudrait qu’on commence par la jeune génération.

Répondant  aux questions des journalistes à savoir que représente la Francophonie pour la Guinée, le chef de la diplomatie française en Guinée a dit que la Francophonie est un message de culture, de paix, de développement mais aussi  de dialogue interculturelle. C’est aussi le français en
 Partage dans un très vaste espace sur le continent Africain, européen, Américain et Asiatique.

 Pour terminer, Bertrand Cochéry a soutenu que la France n’est pas propriétaire de la langue française, elle est une langue partagée dans le monde. C’est pourquoi,  il a dit que la francophonie est une organisation dont la Guinée et d’autres pays du monde contribuent largement pour son expansion. Le français est une chance pour la guinée, a conclu le diplomate français.

Daouda Yansané

64 44 23 43

Partager