Partager
Les avocats du général Sékouba Konaté et ceux de Roda Fawaz étaient de nouveau ce lundi à la cour d’appel de Conakry face au diamantaire et homme d’affaire, el hadj Bouna Kéita qui était aussi entouré de ses conseils.
C’était toujours dans le dossier des 1999 carats de diamant que Sékouba Konaté avait piqué à Bouna Kéita. Au moment des faits, Sékouba était le tout puissant président de la transition,  Ministre de la défense nationale et commandant en chef des forces armées guinéenne.
 
Pour ne pas laisser sa peau, Bouna Kéita avait laissé tombé le problème et juste après le départ de Sékouba des affaires et la prestation de serment du président Alpha Condé,  l’affaire a été évoque par celui là qui avait été abusé par Sékouba qui, du président de la transition est passé pour un brigand  en débarquant des militaires sur le pauvre Bouna Kéita.
Une correspondance du président directeur général de la société Batx-Bouna international  Mining Coorporation  a été adressée au président Alpha Condé pour lui demander d’intercéder auprès de Sékouba pour qu’il restitue les diamants à Bouna Kéita.  En sa qualité de premier magistrat du pays.
Il n’en fallait pas plus pour que Sékouba Konaté qui se croyait encore patron des forces armées monte au créneau pour porter plainte contre Bouba Kéita pour diffamation. Au tribunal de première instance de Kaloum, l’affaire a été débattu et cette juridiction a estimé qu’il n y a point de diffamation et pour cause. Sékouba Konaté, selon ses propres avocats a reconnu avoir pris les diamants de Bouna Kéita tout en se défendant d’avoir donné des instructions à Roda Fawaz de remettre les diamants à son propriétaire.
Pour le tribunal, le délit n’est pas constitué. Mais Sékouba n’en a cure.  Absent du pays, il a demandé à ses avocats de contester cette décision auprès d’une autre juridiction. L’affaire a été alors portée au près de la cour d’appel de Conakry. Et c’est ce lundi que la cour devait entendre les témoins dont l’ancien garde du corps de Sékouba, commandant Sidiki Camara, alias Degaul. Mais ce dernier se trouve actuellement en prison dans l’affaire de l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat. Les autres  témoins n’ont pas  aussi répondu à l’appel.
Ainsi, le président de la cour d’appel, Me Fodé Bangoura a renvoyée l’affaire au 22 avril prochain pour entendre les témoins.
Il est à préciser selon nos sources que c’est l’aide de camp même de Sékouba, , commandant Sidiki Camara, alias Degaul qui avait dirigé les opérations d’intimidation et de kidnapping d’el hadj Bouna Kéita  au nom de Sékouba Konaté pour pouvoir mettre le grappin sur les métaux précieux.
 Pauvre Sékouba Konaté
 
Naby Camara
 
Partager