Partager
Le  patron de la garde rapprochée du chef de l’Etat, le Commandant Mory Kourouma était à la barre vendredi pour s’expliquer sur ce qui s’est passé dans la nuit du 18 au 19 juillet 2011 à la résidence privée du chef de l’Etat.
Avant de  prêté serment, la question a été posée à  Mory Kourouma de savoir s’il avait été condamné une fois. En réponse, le témoin est rentré dans son histoire dans l’armée guinéenne et ses relations avec Alpha Condé.
A en croire au Commandant Mory, il avait été arrêté en 1985 suite au coup d’Etat du Colonel Diarra Traoré. « Je n’ai pas été jugé mais j’ai été condamné le 26 mars 1986 à la peine capitale. J’ai bénéficié d’une amnistie quatre ans plus tard et libéré.  Et depuis le 21 mars 1992, j’ai connu le président Alpha Condé et je me suis porté volontiers pour être son garde du corps. Depuis, nous ne nous sommes pas séparés », a souligné le Commandant de la garde rapprochée.
Plus loin, il dira que c’est seulement en 2010 qu’il a été réhabilité par le général Sékouba Konaté dans l’armée guinéenne, suite à une amnistie accordée aux auteurs supposés ou réels  du coup Diarra en juillet 1985. Il avait alors le grade de Capitaine. Il en a profité pour remercier Sékouba Konaté pour avoir eu l’ingénieuse idée de penser à sa réhabilitation dans l’armée.
Mais avec l’avènement de son mentor aux affaires, nous voulons nommer le président Alpha Condé, Mory Kourouma  former à l’école de guerre de la Havane, au Cuba a été bombardé Commandant.
Et de source généralement bien informée, il est aujourd’hui l’un des piliers incontournable dans la gouvernance du président Alpha Condé. Il pèse selon la mêmesource de tout son poids sur les décisions prises au sommet de l’Etat et la gestion de l’armée guinéenne.
 
 
Guineelive

 

Partager