Partager
Après le témoignages du Commandant de la gade rapprochée du chef de l’Etat, Commandant Mory Kourouma, le directeur national des services spéciaux à la présidence de la république, le commissaire principal de police, Aboubacar Fabou Camara a été entendu  ce mercredi  de 15h jusqu’aux environs de 16h30.
Il est de par sa fonction, l’homme qui filé la plus part des accusés depuis les premières informations. Mais pour ne pas être plus royaliste que le roi, suivez plutôt les explications du  commissaire principal de police, Aboubacar Fabou Camara « c’est au mois de mai 2011 que nous avons eu l’information comme quoi, il y a un groupe de personne composé de militaires et de civiles qui mène des activités subversives pour renverser le pouvoir en place par nos services de renseignements. Nous avons donc chercher à vérifier l’information et à identifier les personnes en question. Quelque temps après, l’information a été corroborée par une autre source. Nous avons alors pris des dispositions  qui s’impose pour démanteler le groupe. De nos investigations, il ressort que les réunions préparatoires se tiennent chez madame Fatou Badiar Diallo où les personnes en question ont été observé. Outre des personnes qui y logent, nous avons constaté des personnes qui y fréquentent. C’est le cas du lieutenant Amadou Diallo qui est le frère de madame Fatou Badiar Diallo, lieutenant Bobo, lieutenant Mohamed Komara,  connu sous le nom de Rambo. Ce n’est pas tout car Sur la même période, certains leaders politique fréquentaient aussi Madame Fatou Badiar. C’est le cas de Bah Oury ». pour avoir le cœur net, soutien Bah Oury « j’ai demandé à mes agents de m’informer de l’arrivée de Bah Oury pour que je constate moi-même. C’était une façon pour moi de connaitre les objectifs, les viser et les réelles motivations. Ce que j’ai fait après avoir reçu l’information ».
Pour la suite des événements, Commissaire Fabou affirme qu’il a infiltré le milieu par ses éléments pour avoir le cœur net. « mais puisque nous n’avions pas accès au salon où se tenait des réunions durant des heures avant que les personnes qui viennent sur les lieux ne quittent, j’ai informer la haute hiérarchie pour que les caméras soient mis à notre disposition pour filmer les personnes en question. Ce que nous avons fait et nous détenons des images pour les besoins de la cause ».
Nous avons fini par identifier les personnes en question, les véhicules  et leur mouvement suivi.
Poursuivant, le témoin note « nous avons su que des véhicules avaient été loués pour les besoins de la cause. Une réunion a eu lieu à cet effet au bureau du chef d’Etat major général des armées, feu général Souleymane Kélèfa Diallo et les officiers supérieurs de l’armée. C’est ainsi que nous avons appris par lieutenant Mory Kaba que c’est lui a loué les véhicules à Almamy Agouibou Barry. Et ces voitures ont été finalement été retrouvé dans une cour à Kipé. Ces voitures étaient confié au lieutenant Ousmane Kourouma. Finalement, Alammy Aguibou a été arrêté et il a reconnu les faits. Fatou Badiar a été appelé et le téléphone mis sur vibreur ».
Pour lier l’utile à l’agréable, le témoin affirme que  des supports  audio des conversations téléphoniques  et  des images de ceux qui fréquentaient Madame Fatou Badiar Diallo en cas de contestation.
Les débats ont été suspendus pour reprendre demain à 9 heure.
Guineelive suit pour vous
 
 

 

Partager