Partager
«… Si le Pr. Alpha Condé était élu au 1er tour avec le RPG originel, ce que nous vivons aujourd’hui n’allait pas être vécu.»
 
L’Informateur : Vous êtes le cofondateur du RPG originel, pourquoi avez-vous décidé de créer un parti politique maintenant ?
El hadj Aboubacar Sidiki Diaby : J’ai créé un parti maintenant pour des raisons personnelles, après analyse de la situation qui prévaut dans le pays depuis 2 ans. J’ai décidé de créer ce parti sur la base de mes analyses, sur la base de mon propre constat. Comme vous l’avez dit, je suis cofondateur du RPG originel depuis 1987. Le RPG originel avait des objectifs bien définis. Son premier objectif était l’unité du peuple de Guinée. C’est pourquoi d’ailleurs, la devise de ce parti commence par l’unité. Je rappelle la devise : Unité, Développement et Paix. A la création du RPG, notre premier objectif était d’atteindre l’unité nationale. Mais après 2 ans de constat, je me rends compte que si le tissu social était déchiré avant, maintenant il est déchiqueté. C’est pourquoi, j’ai créé un parti politique qui s’appelle Collectif Militant pour l’Unité Nationale (COMUNA), pour que je puisse regrouper tous les Guinéens sous la même bannière pour atteindre l’Unité Nationale.
 
Et pourquoi le nom COMUNA, quand on sait que ce nom existait déjà dans le parcours de vos mouvements politiques ?
Le nom COMUNA, effectivement n’a pas été choisi au hasard. Comme vous-même, vous avez dit que je suis cofondateur du RPG originel. C’est en 1985 que le Comuna a été créé à Bamako lorsque j’étais en exil avec beaucoup d’autres militaires qui avaient fui le pays après le présumé coup d’Etat du Colonel Diarra Traoré, paix à son âme. A l’époque, les malinkés se sont sentis chassés, pourchassés et nous avons quitté le pays. Beaucoup d’autres avaient été arrêtés, torturés, condamnés et fusillés. Parce que dit-on qu’ils avaient voulu fomenter un coup d’Etat pour’ renverser le général Lansana Conté, paix à son âme. Une fois arrivés à l’extérieur du pays, tous les militaires exilés se sont regroupés. Nous avons créé un mouvement que nous avons dénommé le COMUNA (Conseil Militaire pour l’Unité Nationale). C’était pour lutter contre le régime du feu général Lansana Conté. Donc, si j’ai choisi le COMUNA qui est aujourd’hui le Collectif Militant pour l’Unité Nationale, ce n’est pas au hasard. C’est avec ce COMUNA que le Pr. Alpha Condé avait pris contact en 1986 et en 1987, nous avons fait fusion avec MND (Mouvement National Démocratique) qui était présidé par le Pr. Alpha Condé pour créer le RPG originel. Alors, si hier le COMUNA était un conseil militaire pour l’unité nationale à l’extérieur, aujourd’hui en Guinée, il devient un collectif militant pour l’unité nationale. Un parti qui appartient à tout le monde.
 
Aujourd’hui, le paysage politique guinéen est très agité, la situation est très tendue entre le chef de l’Etat et des leaders de l’opposition. Quel sera votre cheval de bataille pour apaiser le climat sociopolitique du pays ?
Mon cheval de bataille, je l’ai dit tout de suite. Si j’ai créé mon parti, c’est parce que les objectifs que le RPG originel s’était fixé depuis sa création n’ont pas été atteints. Bien sûr, le Professeur a fait beaucoup et il ne peut pas tout faire. L’unité nationale comme je viens de le dire n’a pas été atteinte. Et lorsqu’on créait le RPG originel, il était question qu’à la prise du pouvoir, qu’on allait mettre sur pieds un gouvernement d’union nationale. Mais, malheureusement, au premier tour du scrutin présidentiel, le Pr. Alpha Condé n’a pas pu obtenir la majorité. Il a donc été obligé d’accepter l’alliance arc-en-ciel au 2ème tour pour accéder au pouvoir. Je pense que ce que je dis n’engage que moi, si le Pr. Alpha Condé était élu au 1er tour avec le RPG originel, ce que nous vivons aujourd’hui n’allait pas être vécu. C’est-à-dire, que le RPG originel aurait mis sur pieds un gouvernement d’Union nationale. Mais, puisqu’il a accédé au pouvoir avec les gens avec lesquels il n’avait jamais travaillé, il a été obligé de marcher sur un chemin qui n’était pas le sien. C’est comme ça que moi je pense. Mettre aujourd’hui un gouvernement d’Union nationale est impossible. Si effectivement le RPG originel était passé, peut-être un gouvernement d’Union nationale serait mis sur pieds. Et aujourd’hui, c’est un gouvernement de contentement et d’alliance. En ce qui concerne l’actualité, moi je l’ai toujours dit, que la Guinée n’a besoin que de 3 partis politiques. A savoir, ceux qui sont avec le RPG arc-en-ciel, ceux qui sont avec El hadj Cellou Dalein et ce 3ème groupe dans lequel je fais parti. Quand tu vas au marché Madina, pour demander hommes, femmes et enfants, vous appartenez à quel parti ? D’aucuns diront que nous sommes à gauche, certains diront que nous sommes à droite et un autre groupe dira qu’il ne n’est ni à gauche ni à droite. Donc, tous les Guinéens sont aujourd’hui repartis en 3 groupes. Je ne vois pas alors pourquoi les 3 groupes ne peuvent pas s’entendre pas ? Pour travailler la Guinée, il faut que les 3 groupes se mettent ensemble à table. La cause de toute guerre, c’est la répartition inégale des revenus de l’Etat. Moi je crois qu’il faut intéresser tout le monde, il faut associer tout le monde à la gestion de la chose publique. Si cela est fait, le climat va beaucoup apaiser.
 
La CENI depuis 2010 se trouve dans la ligne de mire des leaders de l’opposition, qu’en pensez-vous ?
La CENI depuis 2010 se trouve dans la ligne de mire des leaders de l’opposition. Tant que la CENI  n’aura pas une coloration impartiale, elle restera toujours dans la ligne de mire de l’opposition. L’opposition pense que la CENI n’est pas impartiale, c’est pourquoi, l’opposition est contre la CENI. L’opposition a demandé le départ de Louncény Camara, ça été satisfait. Aujourd’hui, il est ministre dans le gouvernement du Pr. Alpha Condé. Celui qui est venu à sa place, je ne sais pas comment il a été choisi, c’est que la tête de ce dernier ne plait pas à l’opposition. Pourquoi, parce qu’il est accusé de prendre des décisions unilatérales. Quand la CENI prendra des décisions en consultant tout le monde, et l’opposition et la mouvance et les centristes, je crois que la CENI sera dans le cœur de tout le monde.
 
Avez-vous un message pour les citoyens guinéens ?
Mon message est le suivant : J’appelle tout le monde à la retenue, à la compréhension et au pardon. La retenue, parce qu’on ne peut pas se rendre justice soi-même. La compréhension, parce qu’on ne comprend pas les choses de la même manière. La démocratie, c’est la pluralité des opinions et l’acceptation de l’autre. J’invite principalement le gouvernement à tendre la main à tout le monde, à avoir le dos large. Les Guinéens n’ont qu’à s’aimer pour que ce pays sorte de la misère, du calvaire que nous sommes en train de vivre depuis plus de 50 ans. J’invite tous les Guinéens à être de bons croyants. Aussi je lance un appel à tous les militaires qui sont à la retraite pour dire que leur parti politique est né. Le COMUNA était le conseil militaire pour l’unité nationale. Maintenant, puisque nous sommes à la retraite, il devient le collectif Militant pour l’unité nationale. C’est le parti des Guinéens, mais en particulier, le parti des militaires à la retraite. J’invite tous les Guinéens d’adhérer au COMUNA, c’est leur  parti depuis plus de 20 ans. C’est le parti de l’avenir, de l’espoir et c’est le parti qui va faire la révolution dans ce pays. Parce que nous les militaires, il y a l’amour d’arme qui existe entre nous, il n’y a pas de peuhl parmi nous, pas de guerzé parmi nous, pas de maninka parmi nous. Tous ceux qui mangent du Sakaraba sont des frères. Nous mangeons dans le même bol, nous dormons dans le même lit et nous faisons tout ensemble. Donc, personne ne peut nous diviser et sur la base de cet amour union d’armes que le COMUNA a été créé. C’est après que nous allons chercher à faire adhérer les civils à notre parti politique. Mais nous, nous savons déjà que nous sommes unis. Alors, je tends la main à tous les militaires retraités et à leurs familles en les invitant à adhérer auCO.MU.NA.
 
Propos recueillis par
 Mamady Sidibé

 

Partager