Partager

En prélude à l’organisation des 5èmes journées médicales qui se tiendront du 5 au 11 mai prochains à Conakry, les responsables de l’ONG France-Guinée coopération en partenariat avec les ministères chargés de la Santé, de l’Hygiène Publique, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ont donné ce mercredi, 10 avril 2013 à la maison de presse une conférence de presse.

 

L’objectif de ladite conférence était d’expliquer aux uns et aux autres, l’importance des cinquièmes journées médicales, un rendez-vous d’exchanges d’expériences en vue de redynamiser les liens de coopération entre Conakry-paris.

Visiblement comblé de joie, Pr Sidiki Diakité,  inspecteur Général de la santé indiquera que les 5èmes journées médicales, un rendez- vous biennal, est une rencontre capitale, dans la mesure où, la Guinée, Rhôme et Alpe car, c’est une occasion offerte aux professionnels de la santé pour échanger leurs expériences, une démarche qui les conduira certes, à l’atteinte des objectifs.

L’autre objectif que se fixe l’ONG France-Guinée Coopération, c’est la promotion des enseignants chercheurs, l’amélioration des performances des professionnels du monde de la santé, les structures sanitaires du pays et celles des patients ainsi que le développement des échanges dans les hôpitaux à travers la coopération guinéo-française. Rassure Pr Diakité pour qui, faut-il lutter contre la prolifération des pharmacies par terre, la vente des faux médicaments en Guinée.

Selon toujours Pr Diakité, les 5èmes journées ont des particularités à savoir : l’implication du gouvernement français et son ambassade en Guinée, la richesse des thèmes à développer, l’arrivée en Guinée d’une trentaine de partenaires, l’identification des problèmes à résoudre dans le monde de la santé, l’échange d’étudiants entre la Guinée et la France, la signature d’une convention entre Alpe et Conakry.

Pour sa part, Pr Fatoumata Binta Diallo parlera de la 4ème journée dont l’organisation aura permis à la Guinée d’obtenir d’un éjecteur de prostate, des camions sophistiqués des porteurs d’eau, d’une pirogue ambulance pour l’île de Kassa où les femmes souffraient pendant l’accouchement nocturnes.

En organisant ces journées médicales, les organisateurs comptent entièrement sur la mobilisation des communicateurs traditionnels par le biais de la presse.

Lutter contre la propagation des pharmacies par terre, la contrefaçon des produits pharmaceutiques qui existe même aux Etats Unis d’Amérique et la vente des faux médicaments, un phénomène mondial ne sert à rien si les autorités à tous les niveaux ne s’attaquent aux problèmes à la racine du mal. Car, estimes les observateurs, c’est un enjeu économique, une mafia internationale mise place par des individus invulnérables vivant dans des pays vulnérables ou en développement et en pleine insécurité sociale.

Donc, un seul pays ne peut pas lutter contre ces phénomènes cités-haut. Car, la pauvreté, la mal nutrition, l’insuffisance des ressources financières sont entre autres les maux qui détériorent la vie des pauvres hommes, surtout dans les pays africains.

La moralisation des professionnels de la santé, le coût global de l’hébergement et la nourriture des participants, la corruption dans les hôpitaux et la situation des directeurs des hôpitaux régionaux sont entre autres des sujets qui ont été passés aux peignes fins par les conférenciers et les journalistes.

A noter qu’un atelier de formation est prévu les jours à venir à l’intention des sapeurs pompiers en vue d’apprendre l’usage des matériels offerts à la Guinée lors de la 4ème journée et les thèmes suivants seront développés au cours des 5èmes journées prochaines :’’ Faux médicaments, assurance, réanimation, gouvernance hospitalière, des médicaments chirurgie vasculaires, enseignements post universitaires…’’    

Sannou Camara 655 13 00 33

 

Partager