Partager
La semaine dernière a été marquée par le décès au Maroc de la mère de l’ancien homme fort de la Guinée, Madame Tonghon Christine Koné. En attendant l’arrivée de la dépouille mortelle, il faut dire que le décès de la vieille de 103 ans n’a pas encore fini de livrer toutes les surprises.
Après le coup de fil de l’ancien président de la transition, Sékouba Konaté qui a présenté ses condoléances les plus attristées à son « ancien ami », c’est au tour de l’ancien aide de camp, lieutenant Aboubacar Toumba Diakité d’appeler aussi son « ancien patron » pour lui présenter ses condoléances les plus attristées suite au décès de sa mère. Est-ce la réconciliation entre les frères ennemis ? Malin celui qui le dira.
 
Pour rappel, il faut dire que le lieutenant Toumba était l’aide de camp de Dadis. A ce titre, un proche parmi les proches de l’homme fort du 23 décembre 2008. Leur brouille a commencé le 28 septembre 2009 après la répression sanglante de la manifestation de l’opposition au stade du 28 septembre. La classe politique, les manifestants et les organisations de défense des droits de l’homme ont imputé la direction du commando qui a débarqué au stade du 28 septembre pour tirer à balle réelles sur les manifestants à Toumba Diakité.
Avec la pression de la communauté internationale, Dadis n’avait pas le choix que de livrer son aide de camp aux enquêteurs. Ce dernier, nous voulons nommerToumba Diakité qui affirmait avoir défendu et protéger le pouvoir de Dadis Camara contre ses ennemis n’a pas apprécié le geste de son maître pour qui,  il a fait du bien lui récompense ainsi. Dans l’oeil du cyclone de la CPI, cour pénale internationale, Toumba Diakité a décidé de se venger du capitaine Dadis. Ainsi, le 3 décembre 2009, Toumba s’est replié au camp Koundara, le camp de la garde présidentielle dont il était le Commandant pour avoir la peau de  Dadis. Ce dernier qui a envoyé des émissaires à Toumba pour qu’il vienne le trouver à son QG du camp Alpha Yaya Diallo n’a pas eu gain de cause. Alors, Dadis se déplace en personne avec quelques hommes de sa garde rapprochée pour venir chercher Toumba au camp Makambo.
Dadis était ainsi tombé dans le piège que son aide de camp lui a tendu. Profitant de la naïveté de Dadis, Tomba a placé une balle dans la tête de son patron. En bon parachutiste, Dadis tombe et se fait mort. Toumba qui croyait que c’est fini pour Dadis s’est rendu compte tardivement que son chef n’était pas mort sur le champ. Furieux, il recherche Dadis mais en vain. La suite est connue. Dadis sera transporté au Maroc pour des soins intensifs. A l’état de convalescence, il débarque à Ouagadougou, capitale du pays des hommes intègres. Et depuis trois ans, il se trouve à la résidence 2000 de Ouaga.
C’est à la faveur du décès de Madame Tonghon Christine Koné au Maroc que le capitaine va fouler désormais le sol de son N’Zérékoré natal pour conduire la dépouille mortelle de sa mère à sa dernière demeure.
 En attendant l’arrivée de la dépouille mortelle de la centenaire Christine, elle a 103 ans, les préparatifs vont bon train dans la capitale de la Guinée forestière. La grande coordination de la Guinée forestière, les associations de jeunesse de la Guinée  forestière, les jeunes et femmes ont déjà confectionné des t-chorts,banderoles et préparer des motos taxis pour accueillir l’enfant prodige.
Les autorités régionales et préfectorale de N’zérékoré ne sont pas aussi en reste. Gouverneur, préfet, maire et haut cadre de la région sont mobilisés derrière la famille Camara pour réserver un accueil chaleureux à Dadis Camara et une sépulture digne de nom à sa mère.
Cet engouement des forestiers n’est pas sans conséquence sur certaines personnes. C’est le cas d’abord  du président Alpha Condé qui souffle le chaud et le froid. Si la communauté internationale est d’accord pour que Dadis Camara assiste à l’enterrement de sa mère en Guinée, elle est tout aussi favorable au retour deDadis à Ouagadougou après l’enterrement de sa mère. Seulement voilà. Il n’est un secret pour personne que Dadis Camara  reste l’homme le plus influent en Guinée forestière. Et le président Alpha Condé le sait. Avec les élections législatives qui pointent à l’horizon, Alpha Condé qui veut avoir la majorité au parlement sait qu’il est en rupture de banc avec ses alliés du second tour. 
A propos, il faut dire que la contribution de ses alliés lui a permis de rafler quatre commune sur cinq dans la capitale Conakry et trois régions naturelles sur quatre que compte le pays. Le président Condé souffre donc le chaud et le froid. Mettre la communauté internationale sur son dos dans le cadre de la lutte contre l’impunité suite aux évènements du 28 septembre ou perdre l’électorat de la Guinée forestière.
 
De son coté, l’ancien président de la transition, général Sékouba Konaté ne cesse d’appeler des journalistes en Guinée  pour intoxiquer les populations. A en croire certains confrères qu’il a pu joindre au téléphone, Sékouba est furieux d’apprendre que les préparatifs sont en cours pour réserver un accueil chaleureux au capitaine Moussa Dadis Camara. Et selon la même source, l’histoire selon la quelle, Dadis viendra sous « escorte des militaires Burkinabé qui  vont l’envoyer auBurkina aussitôt l’enterrement terminé » est l’invention de Sékouba Konaté juste pour ternir l’image de son « ancien ami ».
 
Il reste maintenant à savoir comme le dit Sékouba Konaté si les militaires Burkinabé iront avec capitaine Moussa Dadis Camara juste après l’enterrement de sa mère et la position de la communauté de la Guinée forestière à ce sujet.
 
 
Ousmane Cissé
 
 
Partager