Partager

Pendant que les Nations Unies ont choisi un facilitateur au dialogue, le peuple de Guinée pleure ses morts, le tissu social est fragilisé, les communautés divisées, Alpha Condé surprend le peuple de Guinée en convoquant, dans un décret présidentiel, le corps électoral le 30 juin prochain.

 

La fameuse nouvelle est tombée ce samedi, 13 avril 2013 au grand dam de l’opposition qui menace de reprendre la rue les jours à venir ainsi que le peuple de Guinée dont la sécurité ne cesse d’être menacée.

Après la diffusion de la fameuse nouvelle relative à la tenue des législatives le 30 juin prochain, ils sont nombreux les guinéens qui estiment que l’exécutif est de trop dans ses déclarations en défaveur des populations.

A dire vrai, c’est la CENI, étant chargée d’organiser les élections en Guinée, qui doit proposer la date pour la tenue des élections.

Comme l’indique le code électoral, le Président de la République ne devrait que prendre un décret confirmant ou infirmant cette date proposée par la CENI.

 Ce qui est une violation flagrante du code électoral en Guinée par le chef de l’Etat, Alpha Condé.

 Sur quelle base d’ailleurs, Alpha Condé s’est-il référé pour donner cette date ?

Qu’à cela ne tienne, le code électoral est clair. C’est la CENI qui doit élaborer un chronogramme et non le Président de la République qui doit prendre un décret pour confirmer la date indiquée par l’institution chargée d’organiser les élections.

Qu’a fait donc, Alpha Condé ? Une provocation ?

A quoi doit-on s’attendre en Guinée?

Sannou Camara 655 13 00 33

 

Partager