Partager

Le  président du parti GéCi, Génération Citoyenne était en conférence de presse la semaine dernière à la maison de la presse de Coléah. Fodé Mohamed Soumah  puisqu’il s’agit de lui s’est prononcé sur la situation sociopolitique du pays avec la lancinante question de l’organisation des élections législatives libres, crédibles et transparentes.

 

Parlant de la gestion du président Alpha Condé qu’il trouve chaotique, l’ancien agent de la Bourse de Paris a déclaré »après l’installation de ce pouvoir,  nous ne savons pas où la Guinée va. Je crois  3 mois après son investiture , ont commencé les premiers balbutiements du président Alpha Condé. On a conseillé le président. Nous lui avons dit,  vous aviez été élu par plus de 52 % de la population. N’oubliez pas que 47% n’ont pas voté pour vous. Aujourd’hui, votre rôle est d’aller vers ces 47% et de  leur montrer que vous êtes le président de tous, et qu’il y a pas une seconde zone ».

Pour les élections législatives, le conférencier estime que le président Condé n’avait qu’à respecter la loi sur le processus électoral  » c’était 6 mois. Avant le mois de juin, on aurait dû avoir cette assemblée et la cour constitutionnelle afin que le pays se dote de ses trois pouvoirs ».

M.Soumah constate qu’aujourd’hui qu’il est impossible pour le président Condé de faire du miracle sans un parlement crédible   » Vous ne pouvez pas asseoir une paix civile, assurer la sérénité, la confiance des investisseurs si vous n’avez pas d’institutions qui fonctionnent, si vous n’avez pas fini avec cette transition »

Poursuivant, le conférencier affirme  » Nous avons été le premier pays à aller aux élections présidentielles. Pendant ce temps, la Côte d’Ivoire était en guerre. Elle a fini sa guerre, elle a installé son président de la République, son président de l’assemblée, ses institutions, elle a pu obtenir une confiance, d’une sérénité certaine ». Dans tout ça où se trouve la Guinée?, interroge le conférencier.

 

Comme sortie de crise, il  propose de coupler la présidentielle et les législatives en 2015 avant de proposer  » Pourquoi,  parce que selon lui, organiser les élections en 2013 ou en 2014 pour un mandat de 5 ans sachant que la présidentielle est pour 2015 poserait d’énormes problèmes. ça peut créer le blocage des institutions,  créer au nouveau président des difficultés dans l’exécution de son programme pour lequel il a été élu ».

A propos, le conférencier estime que la nouvelle assemblée nationale doit être clair sur la limitation du nombre d’année à la présidentielle de 2015. Pour lui, Alpha Condé serait trop vieux à 80 ans pour présider aux destinées de la Guinée. Il pense que le leader historique doit se retirer de la politique après son premier mandat.

 

Le président Alpha Condé qui a opté pour le forcing politique appréciera sans doute les propositions du président de la GECI, Fodé Mohamed Soumah  qui ne veut pas de candidat à la présidentielle à 80 ans.

 

Mohamed Soumah

 

Partager