Partager

Après deux semaines d’interruption, le procès des personnes accusées dans le dossier de l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat a repris lundi avec le directeur des investigations à la gendarmerie nationale.

 

Commandant Tamba Gabriel Diawara puisqu’il s’agit de lui comparait à titre de témoin dans le dossier. A propos, il faut dire que plusieurs accusés ont passé par ses services d’où la demande des avocats de la défense pour qu’il soit entendu. Il a été accusé pour rappel par les accusés de leur infliger des traitements inhumains et dégradants pendant leur détention à son service.

 

Après l’audition du  Commandant Tamba Gabriel Diawara, l’heure était aux questions-reponses avec  les avocats de la défense. Ainsi, le témoin a demandé à la cour d’écouter les auditions des accusés Commandant Alpha Oumar Diallo, alias AOB et Fatou Badiar Diallo. Après l’écoute où Fatou Badiar a affirmé qu’elle n’a pas participé au coup d’Etat parce que n’ayant pas d’armes. Cependant, elle affirme qu’elle était au courant que AOB préparait des choses à Conakry. De même, elle affirme avoir envoyé un émissaire à Boffa avec 200 000 GNF pour voir comment AOB fait son sacrifice avant de passer à l’acte.

AOB de son coté lors de son audition a affirmé avoir pris part à l’attaque mais sous l’effet de la contrainte. Avant d’accuser  Fatou Badiar Diallo d’être le cerveau de la tentative de renversement du régime « elle a la folie de grandeur ». Mais contrairement à la voix de Fatou Badiar, celle de AOB n’était pas bien audible. Il fallait tendre très bien les oreilles pour cerner ce que AOB disait.

C’est après ces auditions que AOB et Fatou Badiar Diallo ont été appelé à la barre. A la question du président de la cour de savoir s’ils reconnaissait leur voix, un à un, ils ont tous déclaré que ce n’est pas leur voix.

Alors, Me Fodé  Bangoura leur a demandé de rejoindre leur place sur le banc des accusés. Sans doute, la cour appréciera.

 

Les débats se poursuivent et  Guineelive suit pour vous.

 

Partager