Partager

Comme annoncé par votre quotidien en ligne Guineelive, le procès des personnes accusées dans le dossier de l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat a repris son droit à la cour d’appel de Conakry depuis lundi après deux semaines d’interruption.

 

 Tout d’abord, le procureur de la république, William Fernandez a regretté les comportements peu catholiques de l’accusé Commandant Sidiki Camara, alias Degaul qui s’en est pris violemment au témoin Commandant Tamba Gabriel Diawara. Ce dernier a été traité par tous les petits noms d’oiseau par Degaul. Il a fallut l’intervention de William Fernandez pour éviter le pire, dit-il.

Le président de la cour Me Fodé Bangoura a regretté ses incidents et demander aux accusés d’adopter un comportement responsable et digne pour  la manifestation de la vérité.

A la demande du procureur général  pour soutenir ses accusations, la cour a autorisé la projection du film de la maison du chef de l’Etat, l’état des  personnes accusées qui ont trouvé la mort, qui sont blessées et les soins qu’ils ont reçus à l’hôpital militaire du camp Almamy Samory Touré.

Il s’agissait tout d’abord de l’état de la maison du chef de l’Etat après l’attaque, les images choquantes de l’accusé Jean Guilavogui qui avait son bras amputé on ne sait par quoi et des gris -gris qu’il portait en dessous de sa chemise.  tout a été filmé et montrer.

L’accusé qui a perdu une main aujourd’hui après son traitement était dans un état inconscient, a constaté Guineelive sur les images proposées par l’avocat général William Fernandez.

Par ailleurs, la voiture du Commandant Alpha Oumar Diallo, alias AOB a été aussi montrée avec des armes de guerre  et minutions à bord. Mais contrairement à ce que AOB avait soutenu, l’intérieur de sa voiture était intact, il n y avait pas de traces de grenades qu’on lui avait jeté dans la voiture. Sur les images, nous avons remarqué des traces de balles sur la portière gauche de la voiture, coté chauffeur.

Nous avons aussi vu toujours sur les images, le béret rouge de AOB et la chaussure qu’il portait. Une trace de sang se trouvait également sur la cabine derrière de la voiture. Ces images aux dires de l’avocat général avaient été prises au petit matin du 19 juillet, soit quelques heures seulement après l’attaque.

Les images de AOB ont été sorties à l’ l’hôpital militaire du camp Almamy Samory Touré où il était sur son lit d’hospitalisation avec des médecins.

En outre, le corps du frère de Fatou Badiar Diallo, le lieutenant Amadou Diallo qui a trouvé la mort sur les lieux à Kipé avait été montré sur les images qui étaient vraiment choquante. Pas de commentaire. Il en est ainsi des corps des membres de la garde présidentielle qui ont trouvé la mort sur les lieux pour les uns et des blessés graves avec des images aussi  insoutenables.

De leur coté, les avocats de la partie civile ont apporté des images aussi filmée cette fois-ci par le bureau de presse de la présidence de la République. Ces images montraient l’étendue des dégâts causés sur la résidence privée du chef de l’Etat, les officiers enquêteurs qui étaient sur les lieux mais aussi des morts et des blessés. Les images étaient vraiment choquantes.

Les avocats de la défense eux aussi ont accusé le colonel Jean Claude Pivi, Ministre chargé de la sécurité présidentielle  d’avoir mis de la drogue dans la voiture du Commandant Alpha Oumar Diallo, alias AOB. Et pour illustrer leur propos, ils ont aussi apporté un CD sur le quel se trouvait aussi des images du Commandant Alpha Oumar Diallo, alias AOB, des armes de guerre, la drogue et des militaires qui étaient arrêtés et puissamment armés, selon toujours ce que nous avons vu sur les images.

Mais puisque la projection n’avait pas de son mais seulement les images, les avocats de la défense ont exigé la présence d’un lecteur pour que les fils soient audiovisuels. Ce qui fut fait, les images ont été de nouveau projetées.

Entre le parquet général, les avocats de la partie civile et ceux de la défense, les débats étaient vraiment houleux.  Les arguments ont été cherchés partout pour convaincre la cour du bien fondé ou non des images. Chacun croit en ses arguments.

Il appartiendra donc au président de la cour Me Fodé Bangoura, aux  jurés et accesseurs de tirer cette affaire au clair pour la manifestation de la vérité.

 

Et tout naturellement Guineelive suit pour vous

Partager