Partager

Pour la célébration tournante de l’accession à l’indépendance nationale, c’est la capitale de la Guinée Forestière N’zérékoré qui sera à l’honneur  le 2 octobre 2013 pour la célébration de l’an 55 de l’indépendance de la Guinée acquise sous le leadership éclairé du révolutionnaire Ahmed Sékou Touré.

 

 La décision avait été prise le 2 octobre 2012 dans la capitale de Kakandé, Boké par le chef de l’Etat, Alpha Condé.

Seulement voila, contrairement à Boké, l’Etat ne lésine pas sur les moyens pour faire de cette fête une réussite dit-on.  Selon le coordonateur des chantiers de l’an 55 de l’indépendance de la Guinée à N’zérékoré, l’Etat a mobilisé 246 milliards de GNF. Pour réaliser selon Mamady Kallo des infrastructures d’intérêt  communautaires et nationale.

A cinq mois de la grande fête dira le coordonateur qui était l’invité du journal parlé de la radio nationale, l’Etat  a déjà déboursé la moitié de ce montant, soit 123 milliards de GNF. Le reste viendra au fur et à mesure que les travaux évoluent sur le terrain.

Une autre précision, c’est que la réalisation des infrastructures d’intérêt communautaire n’aura pas lieu seulement à N’zérékoré mais dans les 7 préfectures que compte la région, a soutenu Mamady Kallo. Avant d’ajouter qu’au total, 69 actions sont prévues pour être réalisées dans la région dont 29 le seront dans la capitale de la Guinée forestière, N’zérékoré.

Le reste sera reparti entre les 6 autres préfectures en fonction de la taille et de la démographie des dites préfectures.

Seulement voila après l’intervention du coordonateur des chantiers de l’an 55 de l’indépendance de la Guinée à N’zérékoré, des langues se délient. Et justement les mauvaises langues parlent d’une campagne politique qui ne dit pas son nom et pour cause. Sur le terrain à N’zérékoré, les travaux de bitumage des routes  sont arrêtées et personne ne peut dire avec exactitude à quand ça va reprendre en cette saison de grande pluie dans la région. Mieux, les populations ne sont au courant de rien. Une campagne de sédition, affirme un citoyen de Lola qui soutien que sa préfecture est oubliée et manque  presque de tout.

Mais dans tout ça, les élections législatives c’est pour le 30 juin, non ? Attendons donc de voir.

Naby Camara

Partager