Partager

Depuis pratiquement le mois de septembre 2011, les manifestations politiques sont devenues monnaies courante dans la capitale Conakry. Et le président Alpha Condé qui se veut démocratique et voulant soigner l’image de son pays a autorisé toutes les manifestations de l’opposition radicale.

 

 Pour lier l’utile à l’agréable,  le Ministre de l’enseignement pré universitaire et de l’enseignement technique et porte parole du gouvernement  Albert Damantang Camara est resté proche des  hommes de medias avec des communiqués de presse sur l’évolution de la situation sur le terrain. Au total et lors de chaque marche, selon le porte parole du gouvernement, l’Etat mobilise 2500 policiers et 1500 gendarmes, soit 4000 hommes pour encadrer la marche de la veille jusque tard dans la nuit.

Mais combien l’Etat débourse pour entretenir les 4000 hommes sur le terrain ? La question mérite d’être posée quand on sait que 4000 personnes, c’est un peu de trop, rien que pour encadrer une marche « dite pacifique » de l’opposition radicale.

De nos investigations, il ressort que l’Etat débourse trois milliards de GNF pour chaque marche. Ce montant qui fait grincer des dents selon notre source est principalement géré par le Haut Commandant de la gendarmerie nationale, général Ibrahima Baldé, son adjoint colonel Ousmane Camara, alias OC et le patron de la police nationale, Mohamed Garé.

Difficile de dire combien les patrons donnent aux policiers et gendarmes  qui sont sur le terrain pour affronter parfois mains nus ou avec des armes conventionnelles dont des gaz lacrymogènes les manifestants sur la bretelle Hamdallaye-Bambeto-Cosa comme primes.

La seule certitude dira notre source, ce n’est pas tout comme dépense car l’argent du carburant pour les voitures, les gaz,  les canons à eau chaude, les balles à caoutchouc et autres armes conventionnelles ne sont pas comptabilisées.

Autant dire que les marches de l’opposition radicale au régime du président Alpha Condé constituent une aubaine pour le général Ibrahima Baldé,  colonel Ousmane Camara, alias OC et Mohamed Garé de la police nationale.

Il reste maintenant à savoir si en ces temps de vache maigres , l’Etat va continuer à débourser des moyens aussi colossaux  pour les gendarmes et policiers alors que le pays manque de tout.

Eau, électricité, cherté de la vie et le chômage pour ne citer que ces problèmes  qui se passent de tout commentaire au pays du président Alpha Condé.

Ousmane Cissé

 

Partager