Partager
Nommé au poste de Premier Ministre, chef du gouvernement au mois de février 2007 après la grave crise sociopolitique et économique qui avait secoué le pays et le régime du vieux général grabataire, feu général Lansana Conté,  l’ancien diplomate  de la Guinée au Caire en Egypte puis aux Nations Unies et à la CEDEAO, communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest qui s’est reconverti en politique pour devenir le président du PEDN, parti de l’espoir pour le développement national n’est pas un saint.
 
A l’image de la plupart des cadres véreux  du pays qui ont eu une parcelle de responsabilité, la gabegie,  la corruption, les détournements de  deniers publics constituent le sport favori de Lansana Kouyaté. Contrairement à l’apparence, il n’est ni un saint encore moins une référence de la probité morale ou intellectuelle  en matière de gestion des biens de l’Etat.
Aussitôt nommé au poste de Premier Ministre, LK comme l’appelle affectueusement ses fans s’est rappelé subitement que la Guinée depuis la période coloniale avec des échanges entre la Guinée française et la métropole puis au temps du premier président de la Guinée indépendante, Ahmed Sékou Touré avait des fonds gelés non seulement par la métropole mais aussi par le pays Helvétique, la Suisse. Avec le deuxième président de la Guinée indépendante, feu général Lansana Conté, ces fonds n’avaient pas été dégelés pour cause de déficit démocratique du régime militaire en place à Conakry.
 
 Et bien juste après sa nomination, Lansana Kouyaté s’est rappelé subitement que ces fonds accumulés depuis des décennies existent et sont importants. Il mettra alors ses relations à profil pour pouvoir décaisser ces fonds au nom de l’Etat guinéen
 dont il était Premier Ministre. A l’époque, LK n’avait rien dit sur la question malgré qu’il détient la palme d’or du parolier de tous les anciens Premiers Ministres de la République deGuinée.Les medias nationaux avaient découvert cette affaire et dénoncer vigoureusement les pratiques peu catholiques de Lansana Kouyaté et les procédés  illégaux qu’il avait utilisé pour décaisser ces fonds sans l’avis de l’assemblée nationale présidée à l’époque par el hadh Aboubacar Somparé. Ce dernier était d’ailleurs
monté au créneau pour dénoncer cette situation. Pour les parlementaires, Lansana Kouyaté devait se référer à l’assemblée nationale qui doit donner son avis et informer le peuple de Guinée de l’existence de ces fonds.
Pour vous en convaincre, les archives de la presse nationale et les députés à l’époque peuvent en témoigner de la façon la plus éloquente.
Mais comme on le sait, Lansana Kouyaté est un griot. Et s’il est question de parler, personne n’aura raison de lui. Il avait profité lors d’une conférence de presse et  de son passage à l’assemblée nationale devant les députés pour s’expliquer à peu près en ces termes :  » l’argent dont il est question appartient à la Guinée et aux guinéens. Mais depuis des décennies, l’argent est couché là-bas et ça ne sert pas la Guinée encore moins les guinéensfaut-il en prendre pour faire face aux problèmes qui se posent avec ac cuité au pays ou laisser l’argent couché là-bas sans aucun intérêt pour la Guinée », s’est-il défendu. Sans convaincre puisque le montant total de l’argent n’a jamais été révélé au grand public.
A en croire nos sources, le président Alpha Condé qui a  des relations aussi bien, sinon plus que Lansana Kouyaté dans le souci de veiller à la bonne marche marche de l’Etat dans le cadre de l’identification des biens de l’Etat en Guinée et à l’étranger s’est rendu compte aussi de l’existence de ces fonds qui ont presque disparus sans laisser de traces et sans incidence sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Il a alors interpellé Lansana Kouyaté autour du sujet puisque les documents en sa possession en  font foi. Il est clairement établi que depuis l’indépendance du pays, aucun président encore moins Premier Ministre n’a eu accès à ses fonds. C’est bien Lansana Kouyaté qui a décaissé les fonds.
 Et selon la même source, c’est la pomme de discorde entre Alpha Condé et Lansana KouyatéLK pour échapper à la justice de son pays et des « ont dits »  a finalement décidé de radicaliser sa position envers le président Condé qui ne voulait pas le comprendre, dit-on. C’est le cas actuellement de l’ancien Ministre de la Justice du Sénégal, Jean Marc Tellianoqui a basculé au sein de l’opposition radicale et éviter que ses scandales ne soient mis au grand jour.
La seule alternative pour lui n’est autre que le départ de celui qui fouine derrière lui et se fixe comme objectif de l’humilier aux yeux de l’opinion publique nationale et internationale.
 
 Qu’à cela ne tienne, le contribuable guinéen n’est au courant de rien sur la gestion de ces fonds de la Guinée qui étaient domiciliés dans les banques Suisses et Françaises. A propos, le président du PEDN, parti de l’espoir pour le développement national  gagnera en crédibilité en expliquant au peuple de Guinée ce qu’il a fait de ces fonds en leur nom. Mais puisque la roue de l’histoire tourne, un jour viendra où la vérité éclatera au grand jour.
 
Mohamed Soumah
 
Partager