Partager
Pour rappel, le président Alpha Condé a prêté serment le 21 décembre 2010 comme le premier président démocratiquement élu de la Guinée. Mais depuis cette date, plus de deux longues années se sont écoulées. Et excepter la presse étrangère, notamment la presse française où est gérée la communication du président  Alpha Condé, aucun medias guinéenencore moins groupe de journaliste n’a été reçu par le président Condé.
 
Non content des journalistes guinéens qui ne ratent aucune occasion pour faire leur travail, notamment en passant sous crible la cherté de la vie,  des difficultés pour l’ accès à l’électricité et à l’eau potable,  aux logements sociaux, aux  routes pour ne citer que ceux-là. Mais le président Alpha Condé veut passer sous silence les tares de son régime  et ambitionne d’orienter les journalistes  vers le fameux PPTE, atteinte de l’initiative des pays pauvres très endettés que les journalistes guinéens ont relégué aux calendes grecques puisque n’ayant  pas servi à grande chose du moins pour le moment.
  Alpha Condé qui veut que les journalistes guinéens disent que tout est rose en Guinée  a cru bon d’importer des journalistes ivoiriens en Guinée.
A coût de plusieurs dizaine de millions de Francs CFA, selon notre source,  ces confrères ivoiriens ont passé plus de dix jours en Guinée.  Ils étaient bien traités, logés et entretenus par le président Alpha Condé avec des fonds du contribuable guinéen.
A l’aide des guides du pouvoir et bien orienter, on leur a montré tout ce qui arrange le pouvoir aussi bien dans la capitale Conakry que dans le pays profond. Il sera donc question pour ces confrères de traiter dans leurs organes respectifs des sujets qui montrent que tout va bien au pays du président Alpha Condé. Soit !
Pour  lier l’utile à l’agréable, Alpha Condé a reçu nos confrères ivoiriens au palais Sekhoutoureah en grande pompe pour que ces derniers aillent parler peut être aux ivoiriens en tout cas pas aux guinéens de la Cote d’ivoire qui suivent de très près l’évolution de la situation dans leur pays que tout va bien en Guinée. Ironit du sort, au moment meme où les confrères ivoiriens étaient avec le ched de l’Etat guinéen, des citoyens du quartier Coronthie et environs étaient dans les rues pour manifester leurs ras-l bol face à l’impacité du pouvoir à doter leur quartier de caneau d’évacuation digne de nom. Et plus large, depuis le debut de ce mois de mai, des manifestations ont sécouées presque tous les coins de la capitale pour réclamer l’eau et l’électricité.
 
Seulement voilà, ces confrères qui ont sillonné le pays ont été certes orienter vers des sujets qu’ils doivent traiter puisqu’ils sont venus pour ça avec l’aide du pouvoir. Mais nous n’avons pas de doute. Nos confrères ivoiriens ont aussi des réflexes de journalistes. Et  à propos, des carnets de route ne manqueront pas. Nous espérons qu’ils ne rateront aucuneoccasion pour dire ce qui se passe en Guinée malgré qu’ils ont empoché des dizaines de millions de Francs CFA.
 
Les journalistes guinéens qui refusent de dire ce que le président Condé voudrait entendre parler, eux doivent encore patienter. Peut être, ils seront invités à la prochaine investiture ou au prochain départ  du pouvoir du président Alpha Condé, c’est selon l’évolution de la situation socioplitique du pays. Pauvre de nous.
 
Ousmane Cissé
Partager