Partager
Les plaidoiries des avocats de la défense se sont poursuivies lundi à la cour d’appel de Conakry dans le dossier de l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat dans la nuit du 18  au 19 juillet 2011.Et c’est Me Salif Béavogui qui avait toujours la parole. 
 
Pour lui, les réquisitions du ministère public sont sévères et ne reposent sur aucun fondement de la loi. Il a expliqué que les accusés commandant Alpha Oumar Diallo, alias AOB et Jean Guilavogui ont été obligés et pris en otage pour se retrouver sur les lieux de l’attaque. Aux dires de l’avocat, ils n’ont pas tiré et n’ont pas non plus d’actes répréhensibles. A propos, il a demandé l’aquitement pourAOB qui selon lui est un bon officier supérieur de l’armée qui à 51 ans pourra encore servir dans l’armée guinéenne puisqu’il est formateur. Et des circonstances atténuantes pour Jean Guilavogui,Almamy Aguibou Diallo, Baba Alimou Barry et Mamadou Alpha Diallo qui sont tous jeunes et une fois que la cor leur donne une nouvelle chance pourront s’amender.
Parlant du cas précis de Fatou Badiar Diallo qui a perdu son frère lieutenant Amadou Diallo dans l’attaque, l’avocat a noté que c’est l’unique femme dans le groupe. Tout en louant les qualités de la dame, elle a appelé la présidente du Libéria Ellen Jonshon Searleaf  et celle du Brésil Dulma Russel pour plaider en faveur de « la femme courageuse ».
Pour les autres accusés, Me Salif Béavogui  a aussi plaidé pour l’acquitement et des circonstances atténuantes pour permettre aux prévenus de s’amender.
Guineelive suit pour vous
Partager