Partager
La semaine dernière, un décret du président Alpha Condé a fixé la date du démarrage de la campagne électorale pour les élections législatives à partir du 30 mai. Mais sur le terrain, il faut dire que cette campagne électorale du président Alpha Condé a du mal à damarrer.
 
Depuis la publication du décret il y a quatre jours, le CNC, conseil national de la communication n’a pas encore fait la repartition du temps d’entenne aux différents candidats pour le traditionnel passage au niveau des medias d’Etat.
 La presse nationale pour ainsi dire qu’elle soit publique ou privée n’a pas encore fait échos d’une campagne électorale que ça soit à Conakry ou dans le pays profond. Et les mauvaises langues se délient et parlent de l’inconstnce du président Alpha Condé qui en prenant le décret savait pertinemment que les élections législatives à ce stade de la situation sociopolitique dupays ne pouvaient pas se tenir.
Et nous nous acheminons tout droit vers un nouveau report. Ce qui est un camouflet administré au président Alpha Condé qui n’a personne sur le terrain pour battre campagne pour lui.
Par ailleurs sur tout autre plan, comme annoncé la semaine dernière par votre quotidien en ligne Guineelive,le facilitateur désigné par la communauté internationale pour faire bon office dans la criseguinéenne est en Guinée. L’Algérien, Said Djinnit a reçu lundi à réunir au tour d’une meme table, les principaux leaders de l’opposition radicale et les representants de la mouvance présidentielle.
C’était en présence du Premier ministre Mohamed Said Fofana qui a tenu à remercier les partenaires au développement et  la communauté internationale à travers le facilitateur Said Djinnit.  Discret, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Alhassane Condé était également présent.
Coté opposition radcicale, on notait la présence de Mamadou Cellou Dalein Diallo, de Sidya Touré, de Lansana Kouyaté, de  Aboubacar Sylla. a mouvance présidentielle était représentée par la coordinatrice nationale du RPG-Arc-en-ciel, Hadja Nantenin Chérif konaté, de Soriba Sorel Camara de l’UDG de Mamadou Sylla é.
Les centristes avaient pour nom, Jean-Marie Doré  ainsi que les leaders  de l’opposition constructive (BOC).
A propos, il faut dire que l’opposition n’a pas varié dans ses déclarations.  Elle demande toujours le départ de la société sud africaine Way Mark, du vote des guinéens de l’étranger, le report de la date du 30 juin et le fonctionnement interne de la CENI, commission électorale nationale indépendante.
 
 
Naby Camara
Partager