Partager

La PCUD, plate forme nationale des citoyens unis pour le développement qui se veut une société civile apolitique et indépendante au service exclusif des citoyens a animé ce vendredi une conférence de presse à la maison du même nom.

 

Dans une déclaration lue par son président Abdourahmane Sanoh, ancien Ministre de l’agriculture du capitaine Moussa Dadis Camara, il a, au nom de la société civile guinéenne félicité le gouvernement et les principaux leaders de l’opposition pour leur retour à la table de dialogue, en vue d’une solution négociée à la crise politique qui secoue notre pays depuis près de deux ans et demi pour la finalisation de la transition.

Pour Abdourahmane Sanoh,  l’espoir suscité par cette rencontre au niveau des populations guinéennes éprises de paix et l’accalmie qui en découle sont à la dimension du traumatisme causé « par les violences meurtrières qui ont marqué les journées de troubles consécutif aux manifestations de l’opposition ».

Par la même occasion, la société civile s’incline devant la mémoire des disparus, présente ses condoléances aux familles éplorées et exprime sa compassion et sa solidarité aux nombreux blessés et aux victimes de vandalisme.

Tout en remerciant tous ceux qui ont œuvré de façon formelle  ou informelle à la reprise du dialogue en vue d’une sortie de crise, M.Sanoh a aussi remercié la communauté internationale pour ses efforts sans relâche et les facilitateurs dont le courage et la persévérance ont eu raison des obstacles de toutes sortes.

Par ailleurs, la société civile à travers la PCUD félicite le président <alpha Condé pour avoir facilité le dialogue en cours et « lui demande humblement d’user de tous ses pouvoirs pour garantir le succès des négociations en privilégiant la paix et la cohésion et la cohésion nationale. Car aucun sacrifice et aucune concession ne saurait être de trop au regard de ce que représente la paix et la cohésion sociale pour notre pays ».

Elle  invite  également les parties concernées au dialogue à faire montre d’une grande ouverture en acceptant de faire des concessions  significatives pour contribuer à la sauvegarde de la paix et au renforcement de l’unité de la nation.

Enfin, la société civile,  espère que chacune des parties, conscientes de ses responsabilités historiques, œuvrera pour l’obtention d’un accord de sortie de crise en vue de l’organisation d’élections législatives inclusives, transparentes et crédibles.

 

Naby Camara

 

 

Partager