Partager
Face à la situation sociopolitique de la Guinée qui est caractérisée par la déchirure du tissu social, les Imams étaient à l’école de la Paix pour endiguer cette dégradation qui conduit le plus souvent à des violences parfois interethniques dans notre pays plus particulièrement dans la capitale Conakry.
 
C’est dans cette optique que le secrétariat général aux  affaires religieuses  a lancé, le forum national sur le rôle et la responsabilité des  sages et leaders religieux dans un processus de consolidation de la paix, en vu des législatives apaisées en Guinée.
C’était le vendredi 7 juin 2013, au centre islamique de Donka présidé par le représentant du gouvernement,  le ministre d’Etat charger de l’énergie Papa koly Kourouma et d’autres personnalité   pour trois jours.
Prenant la parole le secrétaire général des affaires religieuses Abdoulaye Diassy, dans son intervention  a tout d’abord fait le  point sur la crise guinéenne, qui préoccupe selon lui  tout le peuple de Guinée.  Cette concertation aux dires de Diassy permettra de consolider la paix et la quiétude sociale dans notre pays. Sans la paix il n’y a pas développement, ni de progrès dans le pays, dira l’orateur. Qui n’a pas manqué aussi de toucher la plaie de l’ethnocentrisme qui est devenu un phénomène très sensible dans le pays.
Même s’il considère cette diversité ethnique comme  une richesse qu’il faut préserver dans la paix, la fraternité « la guinée est un patrimoine commun et nous sommes tenu d’y vivre tous,  car Dieu a voulu ainsi». Poursuivant,  il a demandé aux parents et sages  de conseiller leurs enfants à  s’abstenir de tout acte de violence dans la cité.
Aux leaders politiques d’accepter la main tendue du président Alpha Condé pour  dialoguer autour d’une table ronde, qui pourra faire revivre le climat social et la paix en guinée.
Aux institutions républicaines et à la société civile de jouer leur rôle pour l’apaisement de la tentions dans tout le pays.
Pour sa part le ministre d’Etat chargé de l’énergie Papa Koly Kourouma a dans son discours résumé les faits qui conduisent un pays à la violence en trois mots à savoir le mensonge, le racisme et le conflit. « Tous ces mots dont je venais de citer sont toujours prôné par nous les politiciens de tous les bords politiques. Si vous vous souvenez en 2010 nous avions tous prié le bon Dieu de nous choisir parmi les candidats celui qui pourra faire avancer ce pays  et le choix est tombé sur le professeur Alpha condé. Je lance un appel à l’encontre de toute la population guinéenne en générale et plus particulièrement à vous les religieux d’œuvrer pour la paix et l’unité nationale » a souhaité le ministre.
 
Seulement voilà, il y a problème. Au terme de la rencontre, Alpha Condé a débloqué une maudite somme de un milliard de GNF en ces temps de vache maigres  au pays pour les imams qui étaient à l’école de la paix. Et bien,  c’est ce lundi  en principe que l’argent devait être partagée entre les imams qui ont assisté au forum. Mais ils ne sont pas sur la même longueur de « montant » que le secrétaire général aux affaires religieuses en ce qui concerne le partage du magot. Les appetits commencent à s’aiguiser.
En tout cas ce dimanche, les discussions étaient houleuses et oiseuses au centre islamique de Donka.
Et si  le magnan Alpha Condé qui a offert gracieusement le milliard pour la paix, les imams risquent d’en venir aux  main au moment du partage, croit savoir un religieux habitué de ces genres de partage au centre islamique.
 
 
Daouda Yansané
 
664 442 343
Partager