Partager

Alpha Condé qui se considère comme le premier président démocratiquement élu de la Guinée a prêté serment le 21 décembre 2010. Et depuis cette date,  il  tente par tous les moyens pour  soigner son image écorchée par le manque de résultat sur le terrain en Guinée.

 

 Dans cette entreprise de tape l’œil, le président guinéen voue une haine viscérale contre la presse nationale. De ces activités au palais Sekhoutoureah en passant par ses nombreux voyages à travers le monde, Alpha Condé s’en fiche pas mal de la presse nationale.

Les  journalistes guinéens sont royalement ignorés par le premier magistrat du pays.

Pour l’entendre parler, il faut tendre l’oreille du coté de RFI,  BBC Afrique ou encore  Africa24 où il est actionnaire et bien d’autres medias du pays de François Hollande.

Et ce qui fait mal dans tout ça, c’est que certains confrères n’hésitent pas à bondir sur les nombreuses interviews réalisées par Alpha Condé à l’étranger pour en faire leur choux gras.

Lors de son voyage à Londres par exemple, Alpha Condé a  pris son propre bic et a choisi  les colonnes de nos confrères « Les Echos » pour parler lui-même de son pays en lieu et place des medias de son pays qui sont mieux placés pour apprécier la situation sur le terrain.

Mais le problème et on le comprend,  c’est que Alpha Condé sait pertinemment que des journalistes guinéens font leur travail et ne passent pas sous silence son manque de résultat sur le terrain qu’il veut mettre sur le dos de ses adversaires politiques.

En clair,  il faut dire que personne n’a demandé à Alpha  Condé de produire des miracles en Guinée. Mais deux  ans après son investiture,   les guinéens devraient respirer quand même un peu. Mais hélas. L’argent du contribuable guinéen va dans les nombreux voyages qui n’apportent rien au pays  et dans les autres dépenses inutiles.

A coté de son pays,  le président ivoirien Alhassane Dramane Ouattara réalise des miracles avec des résultats économiques tangibles appréciés par tous les partenaires au développement.

Les guinéens manquent presque de tout et cruellement d’eau, d’électricité et de nourriture.

Les routes sont en état piteux et  Alpha ne cesse d’accuser l’opposition de l’avoir empêcher de  réaliser du miracle et de  montrer sa capacité à gouverner la Guinée sans preuve.

Autant dire que le président Condé aura des difficultés pour convaincre les journalistes guinéens. Une raison de plus qu’il faut  ignorer les journalistes de son pays et la compréhension ne sera pas facile avec des confrères qui se trouvent à des milliers de km de la terre bénie de Guinée.

Qu’on se le tienne pour dit.

 

 

 

Naby Camara

Partager