Partager

Après l’agression du cortège ‘’pacifique’’ du Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), El Hadj Cellou Dalein Diallo par des jeunes loubards, l’opposition dite républicaine regroupée au sein du Collectif, de l’ADP, du CDR et du FDP a donné ce samedi, 22 juin 2013 à Coléah dans la commune de Matam une conférence de presse.

 

Objectif : passer en revue la situation sociopolitique du pays et exiger au Gouvernement d’assurer la sécurité des leaders politiques en cette période cruciale que traverse la Guinée.

Dans son discours préliminaire, le porte-parole de l’opposition, Aboubacar Sylla a tout d’abord condamné les risques et exacerbations ethniques qui pèsent sur la paix civile en Guinée et violences exécrées sur le Président de l’UFDG ainsi que ses militants qui, selon Aboubacar, étaient venus exprimer leur indéfectible soutien à leur leader convoqué au TPI de Dixinn.

Par ailleurs, le porte-parole de l’opposition républicaine a, dans une déclaration commune qu’il a lue, insisté sur la réparation et indemnisation des victimes des violences, la prise en charge des 50 blessés graves dont deux par balles réelles, la remise en liberté totale des interpellés dont on ne connait pas le nombre et l’ouverture d’une enquête judiciaire en vue de traduire les commanditaires et coupables de cette barbarie d’une autre époque dit-il, devant les tribunaux.

On nage dans un contexte juridico sociopolitique et institutionnel. Le harcèlement des leaders politiques doit immédiatement cesser. Cette atteinte grave à la sécurité des leaders politiques et leurs militants c’est une barbarie d’un autre âge. Au niveau de la Police, il n’y a eu aucune avancée significative, c’est toujours le même comportement. Martèlera Aboubacar Sylla, porte parole de l’opposition guinéenne.

Enfin,   le leader de l’UFC remerciera l’Union Européenne (UE) et les Nations Unies pour dit-il, leur soutien moral à l’endroit d’un de leurs.

Représentant Sidya Touré, Président de l’UFR à cette conférence de presse, Mohamed Tall parlera le rôle qu’a joué son Président pour amener le calme à Dixinn.

Aux de Tall, Sidya Touré n’a fait que son devoir en venant au secours de son frère qui a subi de pertes énormes dans cette agression.

Prenant la parole, le président Cellou Dalein Diallo a confirmé l’usage de balles réelles, de cailloux et de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre qui, selon lui, avaient pris d’assaut sa résidence.

A l’intérieur de la cour, tout le monde suffoquait, quand le PM était venu, je lui avais montré les traces de balles sur les murs, la RTG avait tout filmé mais n’a rien fait passer à la télévision.  Et ce qui déplorable dans tout ça, c’est que le gouvernement continue d’attribuer la responsabilité des violences aux victimes que nous sommes. Une chose est certaine, il faut que le gouvernement indemnise les victimes des violences. » A insisté le Président de l’UFDG.

Parlant du chronogramme du 28 juillet retenu pour le scrutin, Cellou Dalein  indiquera que c’est impossible, car, précise-t-il, l’opposition républicaine n’est pas encore prête car, elle estime que le dialogue politique devant nous conduire aux législatives, reste toujours inachevé. 

Au finish, reste décidée et suspend sa participation au dialogue politique tant que sa sécurité et celle de ses militants ne sont pas assurées par le Gouvernement.

A noter que c’est par un débat fructueux entre les journalistes et conférenciers que la rencontre a pris fin.

Sannou Camara 655 13 00 33

Partager