Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que rien ne va plus entre le président Alpha Condé et son Ministre chargé de la sécurité présidentielle, colonel Jean Claude Pivi. De source généralement bien informée et se disant au secret des  quatre murs du palais Sekhoutureah, le président Alpha Condé a déclaré après l’inculpation de son Ministre de la sécurité présidentielle qu’il ne pourra rien faire pour ce dernier.

 

 Conséquence, Colonel Jean Claude Pivi est de nouveau convoqué ce jeudi à la cour d’appel. Et selon nos sources, le  Ministre chargé  de la sécurité présidentielle Colonel Jean Claude Pivi  sera probablement placé ce jour en garde à vue, confie notre source.

Inculpé jeudi par le pool de juge d’instruction de la cour d’appel de Conakry dans le dossier des tragiques événements du stade du 28 septembre  pour viol et meurtre en 2009, Colonel Jean Claude Pivi  a nié sa présence au stade du 28 septembre ce jour, selon son avocat.

 Mais le pool des juges d’instruction a retenu  des faits graves  contre Colonel Jean Claude Pivi. Il s’agit notamment de viol et de meurtre.

Par ailleurs, des sources proches du dossier confient à notre rédaction qu’après le  Ministre chargé  de la sécurité présidentielle  au moment des faits, Colonel Jean Claude Pivi, le pool des juges d’instruction s’intéressera au rôle joué par l’armée dans cette affaire.

Dans ces conditions, le Ministre de la défense nationale de l’époque et numéro 3 du conseil national pour la démocratie et le développement, général Sékouba Konaté et le commandant en chef des forces armées, capitaine Moussa Dadis Camara pourront eux aussi donner leur version des faits en ce qui concerne les tragiques événements du 28 septembre.

Mais dans tout ça, le principal accusé, lieutenant Aboubacar Toumba Diakité coure toujours. Et jusqu’à quand ?

 

Guineelive suivra de très près ce dossier pour ses milliers de lecteurs

Partager