Partager

Au Ministère des  Postes et télécommunications, les travailleurs ont attendus vainement leur salaire du mois de juin. Mais en vain.

Selon un travailleur du département, plus de la moitié du salaire des fonctionnaires a été volé au bureau de la  billetterie au sein du département.  » Ils ont pris la moitié du montant et laisser l’autre partie, soutien notre source.

 

 

Pour l’heure, le montant total n’est pas connu encore moins le nombre de fonctionnaire.

La seule certitude, c’est que le Ministre des  Postes et Télécommunications reste embarrassé par le problème et  ne sait pas vraiment que faire en cette période de vache maigres au pays.

Toutefois, des questions demeurent. Nombreux sont les travailleurs qui se demandent comment les voleurs  peuvent venir dans un département ministériel qui est sécurisé  par des gendarmes  pour sortir des sacs d’argent. Comment la billetterie où se trouve d’importante somme d’argent  peut être laissé à la merci de tout le monde ? Y a-t-il eu vraiment vole ?, les services financiers du département ne sont-ils pas coupables ?

Voila autant de question qui se pose avec acuité au niveau du  Ministère des  Postes et télécommunications.

Déjà en 2012, une femme de la même billetterie du  Ministère des  Postes et télécommunications avait  bloqué plus de 15 millions de GNF, représentant le salaire  du cameraman de la RTG, radio télévision guinéenne.

Pour rappel, ce cameraman  était le seul rescapé  de l’accident de circulation qui avait eu lieu sur la route de Boké coûtant la vie aux syndicalistes  Dr Ibrahima Kourouma, Hadja Magbé Bangoura et  deux journalistes, Aboubacar Lansana Camara, Lamba Mansaré. Sans compter des blessés dont el hadj Yamoussa Touré de la CNTG, confédération nationale des travailleurs de Guinée.

Il a fallut la mobilisation de toute la RTG pour que la femme soit mise en demeure pour rembourser les 15 millions du pauvre journaliste qui était au compte du Ministère des  Postes et télécommunications. La femme c’était finalement engagée à rembourser l’argent. Ce qui fut fait.

Mais il est difficile au moment où des enquêtes sont  confiées à la gendarmerie ce mercredi de dire si c’est la même femme qui est à l’origine de cette forfaiture.

 

Pour l’heure, nous n’avons pas pu joindre le Ministre Oyé Guilavogui pour sa version des faits. Mais ce n’est que partie remise.

 

Guineelive

 

Partager