Partager

La justice guinéenne est-elle aux ordres du président Alpha Condé qui détient la machine ? Difficile d y répondre par l’affirmative. La seule certitude, c’est que le président Alpha Condé est  personnellement à la base du report de la deuxième audition de son Ministre de la sécurité présidentielle, Jean Claude Pivi.

 

 

Pour rappel, après l’inculpation de Claude Pivi, le président Alpha Condé avait  déclaré devant témoin qu’il laissera la justice faire souverainement son travail.  Il était question ce jeudi de placer Claude Pivi en garde à vue.

Mais c’est sans compter les velléités électoralistes du président Alpha Condé qui tient aux élections législatives comme à la prunelle de ses yeux. Il a fallu simplement que la communauté forestière menace de ne pas voter le RPG  aux élections législatives et d’autres mouvements de protestation qui se fait sentir   à cause des menaces qui pèsent sur l’un de leur fils, en ce qui concerne la comparution de Jean Claude Pivi pour que la justice fait marche arrière. Ce, sur la demande même du président Alpha Condé. Pour preuve,  dans la soirée du jeudi, Alpha Condé a réçu en audience au palais Sekhoutoureah colonel Jean Claude Pivi, certains membres de la coordination forestière et jeunes de la Guinée forestière. Il en a profité pour apporter son soutien à Pivi alors qu’il y a moins d’une semaine, il avait laissé entendre que la justice fera son travail.

Quel volte face ? Faut-il sacrifier la justice à cause des élections législatives ? Les personnes qui ont perdu leur vie dans les massacres du stade du 28 septembre et leur famille n’auront finalement pas justice ?

Voila autant de question et bien d’autres qui n’ont pas pour le moment de réponse.

Par ailleurs, l’ancien président de la transition le très controversé  général Sékouba Konaté a aussi vu le danger venir jeudi, le placement de son ancien compagnon du conseil national pour la démocratie et le développement, Jean Claude Pivi.

Sékouba Konaté qui est entre deux avions avec l’argent du contribuable guinéen a apporté son soutien à Jean Claude Pivi en soutenant selon nos confrères de africaguinee que le colonel Jean Claude Pivi était certes le Ministre de la sécurité présidentielle du capitaine Moussa Dadis Camara qu’il n’était pas influent.  » Il ne peut pas tuer meme une mouche », Parole de Sékouba Konaté.

 Avant de refiler la patate chaude au lieutenant Aboubacar Toumba Diakité qui était l’aide camp du capitaine Moussa Dadis Camara. « c’est le groupe de Toumba qui était fort. Pivi n’était pas fort à l’époque », a laissé entendre le prédateur Sékouba Konaté qui, il faut le noté était Ministre de la défense nationale au moment des faits.

Mais puisque le  lieutenant Aboubacar Toumba Diakité n’est pas encore mort, il est en vie puisque à partir de la France, notamment nos confrères de RFI peuvent le joindre à tout moment pour répondre à chaque sortie médiatique du capitaine Moussa Dadis Camara, nous avons la certitude que la vérité éclatera un jour au grand jour.

 

L’opinion nationale et internationale, les victimes et les parents des victimes sauront qui du capitaine Moussa Dadis Camara, président du CNDD, du  prédateur  Sékouba Konaté, numéro trois  du CNDD et Ministre de la défense nationale de la junte au moment des faits,  lieutenant Aboubacar Toumba Diakité, aide de camp du président et Jean Claude Pivi, Ministre de la sécurité présidentielle est auteur  et complice des crimes.

 

Pour l’heure, Alpha Condé  pour des besoins électorales et Sékouba Konaté pour les besoins de la cause peuvent apporter leur soutien au Colonel Jean Claude Pivi. Ce n’est pas du tout interdit.

 

Mohamed Soumah

Partager