Partager

Les vingt sept magistrats de la justice militaire ont prêté serment lundi  à la cour d’appel de Conakry en présence de la hiérarchie militaire, du ministre de la justice, garde des sceaux et son homologue délégué à la défense nationale.

 

La cour d’appel de Conakry a servi de cadre  pour la cérémonie de prestation de serment des magistrats militaire. La cérémonie s’est déroulée en presence d’Abdoul Kabelè Camara ministre délégué à la defense,  maître christian Sow ministre de la justice et plusieurs officiers militaires de l’armée guinéenne.

Au total ce sont vingt sept officiers militaires issus de l’armée de terre, mer, air et la gendarmerie nationale à prêté  serment leur permettant désormais d’assurer le rôle d’auditoire militaire dans les différentes juridictions militaire où ils seront affecté à travers le pays.

Le haut commandant de la gendarmerie nationale et directeur de la justice militaire, Général Ibrahima Baldé,  a dans son discours parlé du rôle que doivent jouer ces nouveaux auditeurs militaires dans les différents postes qu’ils assumeront dans le cadre du travail.

« C’est dans le cadre de la restructuration des services de défense et de la sécurité prôné par le président de la république, qu’il a été institué la mise en place d’une justice militaire qui aura pour mission principale de réprimer les infractions militaires. Ce sont vingt sept auditeurs militaires expérimentés de tous les corps militaires.

Ces officiers présent doivent suivre deux mois de  formation de qualité à l’école de gendarmerie de Sonfonia  leur permettant de mener à bien leur rôle de magistrat militaire», a déclaré  le directeur de la justice militaire.

Seydou Diallo,  directeur du centre de formation et de la documentation judiciaire a indiqué pour sa part dans son intervention fait savoir qu’il existe une juridiction militaire permanente  à Conakry. Il y aura aussi des juridictions militaires non permanentes qui  seront installées dans les régions militaires du pays.

Les fonctions de procureur seront assumés  par le procureur militaire et non civile. Le fonctionnement de ses tribunaux militaire exige une ressource humaine  qualifiée et bien formée, note M.Diallo.

 « Ces différents auditeurs militaires ont pour mission d’instruire les infractions militaires à savoir,  la desertion, l’abandon de poste, le pillage, l’insoumission, la mutilation volontaire, la trahison, et la destruction ».

Pour terminer, il a demandé aux auditeurs de travailler conformément aux différentes formations qu’ils ont reçu durant leur formation à l’école nationale de la gendarmerie et de se référé aux différents cours qu’ils ont suivi durant leur formation.

Le procureur de la République près la cour d’appel de Conakry, Almamy Conté a souligné pour sa part que ces officiers magistrats ont été choisis sur la base d’une enquête de moralité. Comme conseils, il leur demande de servir la nation suivant leur intime conviction sans aucune autre considération d’ordre régionale, religieux encore moins de favoritisme.

La question qui taraude les esprits maintenant est de savoir si avec l’installation du tribunal militaire, ça sera la fin de l’impunité pour les forces de défense et de sécurité.

 

Daouda Yansané

664 442 343 

Partager