Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les trois ans de mandat du président Alpha Condé ont renforcé l’absence de l’Etat en Guinée. Des citoyens profitant de la faiblesse de l’Etat font des choses à leur guise.

 

 Tantôt, ce sont des scandales financiers dont des ministres et hauts cadres se rendent coupables, tantôt ce sont des leaders politiques qui se rendent au tribunal à la convocation de la justice avec leurs militants, tantot ce sont des citoyens qui brulent vifs leurs concitoyens pour des mobiles peu évidents.

Ainsi, la préfecture de N’zérékoré a été le théatre jeudi de violentes affrontements interethniques entre l’ethnie geurzés et les Koniakés. Faisant de nombreuses victimes, des blessés et des dégâts matériels importants.

A l’origine du drame, des incidents nés entre deux groupes de jeunes  à Koulé, village natal du président du CNDD, conseil national pour la démocratie et le developpement, capitaine Moussa Dadis Camara pour une histoire de vole qui n’est pas encore élucidé. Avant que le problème ne se généralise à travers la ville de N’zérékoré.

Le doyen de la ville, Holamou Azaly Zogbélémou a été grièvement blessé, des personnes ont été tuées et brulées.

Le bilan encore provisoire fait état d’une dizaine de morts, selon des sources hospitalières.

 Le préfet de la localité visiblement dépassé par les événements  a aussi instauré le couvre feu.

 

 

Par ailleurs, N’zérékoré n’est pas à son premier soulèvement. Par le passé, d’autres soulèvements ont eu lieu et enregistrés des dégâts matériels importants avec mort d’homme.

Face à l’impuissance de l’Etat, chaque communauté se fait justice. Cette situation relance encore une fois les débats sur la faiblesse de l’Etat guinéen qui au lieu de résoudre les problèmes par la loi.

 Tard dans la soirée, le président Alpha Condé a dépêché les fils de la région. Au premier rang desquels se trouve son Ministre de la sécurité présidentielle,  lieutenant-Colonel Jean Claude Pivi et le colonel Moussa Tiégboro Camara pour calmer les esprits.

Il a donc fallu que les officiers du terroir cités plus haut arrivent tard dans la nuit du lundi à mardi pour que les nerfs se calment.

Pour l’heure, ceux qui sont à l’origine du drame courent toujours. Et au lieu  que le président Alpha Condé donne des ordres aux autorités préfectorales de procéder à l’arrestation  d ceux qui sont à l’origine du drame et les présenter à la justice, Jean Claude Pivi et Moussa Tiégboro Camara colmatent les brèches.

Tous les jours ou presque, on parle de la paix, de l’unité nationale, de la concorde sociale. Ce qui est bien beau. Mais si la loi est bafouée et la punition relégué au calendres grecs, la Guinée sera incontestablement un pays ingouvernable par la faute de ses dirigeants.

Au tant dire que le président Alpha Condé doit prendre ses responsabilités et cesser de calculer les élections législatives ou et le nombre de voix qu’il aura pour avoir la majorité à l’assemblée nationale. car avec cette situation de non droit, l’assemblée nationale ne pourra rien faire pour changer la donne.

Qu’on se le tienne pour dit.

Mohamed Soumah

Partager