Partager

Le drame s’est produit  à Landréah- port  dans la commune de Dixinn ou un candidat  au Baccalauréat unique s’est suidé.

Mamadou Aliou Barry, c’est son nom est âgé d’une vingtaine d’année. Il  s’est donné la mort quelques heures après  la publication des résultats des examens nationaux,  session 2013.

 

 Selon des sources  proches de sa famille, la victime a tenté quatre (4) fois le bac, mais cette fois-ci il n’a pas supporté son échec à cet examen qu’il a trop tenté.

Ce phénomène de suicide à cause d’un échec qui n’est pas du tout rependu en Guinée risque de prendre de l’ampleur à conakry.

Selon une source  proche du CHU Donka,  beaucoup de candidats ont été admis  à l’hopital de  Donka qui tentaient de suicider eux aussi après avoir échoué au baccalauréat.

 

A propos, il faut dire que depuis l’arrivée de Dr Ibrahima Kourouma à la tete du département de l’enseignement pré universitaire, nombreux sont des spécialistes de l’éducation qui estiment que la façon de faire du Ministre Kourouma qui parle de transparence dans la rapidité de la correction des épreuves n’est pas fiable.

Contrairement à ce qui se passe ailleurs ou en occident plus précisément où les nouvelles techniques de l’information et de la communication sont développés, en Guinée le système est encore manuel. De la centralisation en passant par la correction, le relevé des notes, tout se passe presque à la main. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la fiabilité des résultats.

 

Pour l’heure, Dr Ibrahima Kourouma parle et parle de la transparence du système. Il reste maintenant à savoir si ce pilotage à vue va continuer pour les candidats au baccalauréat unique.

 

Daouda Yansané

664 261 370

Partager