Partager

En principe, c’est ce lundi 29 juillet que les libanais devraient être entendus par la cour d’appel de Conakry dans le dossier de l’escroquerie qui oppose l’ancien président de la transition, général Sékouba Konaté et son ami,  l’homme d’affaire Roda Fawaz d’une part et de l’autre, le diamantaire el hdadj Bouna Kéita dans l’affaire des 1999 carats de diamants  .

 

Ces libanais étaient présents au moment où l’on remettait les diamants au consul de la Guinée au Maroc, Roda Fawaz au nom du président de la transition, Sékouba Konaté qui était  alors son ami intime.

Mais contre toute attente, le général  sans troupe au Mali, nous voulons nommer Sékouba Konaté, menace  par la même occasion ses avocats de ne plus parler en son nom au risque de porter plainte contre eux.

Difficile de dire ce qui s’est passé entre « El Tigre en papier » et ses défenseurs. Peut être que les avocats n’ont pas bien défendu Sékouba en transformant la vérité en mensonge alors que les faits sont patents et sans ambigüité au profit de Bouna Kéita.

En attendant, la cour d’appel de Conakry va écouter les témoins oculaires lundi dans cette affaire. Et après quoi, l’on saura qui de Roda ou de Sékouba va payer  les diamants ou la valeur marchande estimée par les spécialistes à plus de 2 millions 500 mille dollars des Etats Unis à el hdadj Bouna Kéita  .

Guineelive suit pour vous

 

Mohamed Soumah

Partager