Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nomination du sieur Abdoulaye Kéita qui est un proche du président Alpha Condé comme coordonnateur général de EDG par affinité a été une véritable tragédie pour le pays.

 

 Malgré les 700 millions de dollars investi dans le secteur selon un cadre de la guinéenne d’électricité, la situation ne s’améliore guerre sur le terrain. 

Abdoulaye Kéita qui a quitté la Guinée après avoir  pillé systématiquement ces fonds est un véritable fêtard. En lieu et place du  courant électrique, il  a pondu un livre qu’il a d’abord dédicacé à la maison de la presse de Coleah, au Novotel puis à Paris.

 Aujourd’hui, il a quitté la Guinée sans aucune autre forme de procès. Aucune personne encore moins le président Alpha Condé ne lui a demandé des comptes de ce qu’il a fait des fonds qui avaient été mis à sa disposition. 

Ainsi, il laisse derrière lui des problèmes à n’en pas finir. Les habitants de la bretelle Hamdallaye-Bambeto-Cosa se sont levés en premier il y a quelques mois pour réclamer le précieux sésame. Pas plus d’hier, l’axe était encore en ébullition bloquant  ainsi la circulation et entraînant un embouteillage monstre sur l’autoroute Fidel Castro qui était mardi le seul passage vers le centre ville de Kaloum.

Ce matin, les habitants de Gbessia ont aussi emboîté le pas en érigeant des barricades et brûler des pneus dans les rues. Là aussi, la circulation a été bloquée et les voitures en ont fait les vrais.

Ce n’est pas tout car Dixinn aussi s’est levé ce même mercredi matin  en mettant du feu aux pneus devant la  pharmacie Sakho, non loin de la pharmacie centrale de Guinée. A ce niveau aussi, il faut craindre le pire.

Un autre problème pointé du doigt par les citoyens, c’est la gestion de la crise par EDG. Chaque fois qu’il y a mouvement de rue dans un quartier pour réclamer l’électricité, EDG se précipite pour couper le courant dans un autre quartier pour donner à ce quartier qui a manifesté. Faisant croire que le courant électrique existe et que c’est le refus de donner qui anime EDG alors qu’en réalité, Conakry qui a besoin de 75 mégawatt  pour être fournis en courant électrique n’a même pas 30 mégawatt actuellement.

Le chargé de communication de l’entreprise, un certain Laye Kouyaté, syndicaliste n’ayant aucune expérience en communication d’entreprise ne sait pas que dire. Chez nos confrères de la radio nationale, il parle de l’insuffisance de la pluie en arguant que les barrages n’ont pas reçu suffisamment d’eau pour fonctionner.Alors que la réalité est tout autre.

Autant dire que EDG, la guinéenne d’électricité doit communiquer suffisamment avec un langage de vérité pour que les citoyens comprennent que l’entreprise n’a pas actuellement les moyens de sa politique en ce qui concerne la fourniture d’électricité dans les foyers.

 

Ousmane Cissé

Partager