Partager
Pour rappel, le président Alpha Condé qui a prêté serment comme le premier président démocratiquement élu de la Guinée a promis la rupture avec les régimes précédents dans la gestion des affaires publiques avec  le slogan « la Guinée is back ».
 
Mais dans la pratique, il faut dire que c’est le président Alpha Condé lui-même qui encourage l’impunité ou qui cautionne l’impunité dans les rouages de l’administration. Quelques exemples pour illustrer nos propos.
En 2011, l’opinion nationale et internationale se souvient encore comme hier des discours contradictoires entre le président Alpha Condé et deux de ses Ministres au tour de la gestion de la campagne agricole.
A propos,  il faut dire que la surfacturation a été  le gros cafouillage mentionnée  dans ce marché avec un certain Jean Marc Telliano alors Ministre de l’agriculture et Souleymane Cissé, Ministre du Plan et ci devant président du comité d’organisation de la campagne électorale.
En clair, les résultats étaient au dessus des espérances avec des milliards de GNF qui ont été détournés. Choqué pour un premier temps par cette histoire pas du tout catholique pour celui a clamé haut et fort la rupture et le changement de comportement, Alpha Condé s’est exprimé autour de la question au palais du peuple. C’était lors d’un de ses discours populaire au cours de laquelle, il avait affirmé il a déclaré qu’il y a eu surfacturation détournement de deniers publics dans la gestion de la campagne électorale. Tout en promettant des sanctions, rien n’est sorti de l’affaire. Sinon que les principaux intéressés que sont Jean Marc Telliano alors Ministre de l’agriculture et Souleymane Cissé, Ministre du Plan sont sortis de leur réserve pour tenir chacun en ce qui le concerne des conférences de presse pour démentir les propos du président Alpha Condé en clamant haut et fort qu’il n y a pas eu de surfacturation. L’affaire a été classée.
Pendant ce temps, le président Alpha Condé refusait de recevoir son Ministre de l’agriculture Jean Marc Telliano en audience. Ce dernier  à qui il ne parlait plus après sa sortie médiatique est toujours resté en poste. C’est un an après que Jean Marc Telliano a été débarqué. La suite est connue puisque ce dernier s’est transformé en opposant à son régime en allant jusqu’à mettre e cause la nationalité guinéenne du président Alpha Condé qui est selon lui un Burkinabé.
Au Ministère de l’énergie, pardon à EDG, électricité de Guinée, Alpha Condé s’est fixé comme objectif de relever le défis de l’électrification en Guinée. D’importantes sommes d’argent ont été injecté dans le secteur avec à sa tête un certain Abdoulaye Kéita. Là également, la suite est connue. En lieu et place des sanctions contre Abdoulaye Kéita qui devait justifier les dépenses effectuées pour ne donner comme résultat que l’obscurité, Alpha Condé accuse ses adversaires politiques de sabotage alors que Abdoulaye Kéita se la coule douche dans l’argent du contribuable guinéen mais très loin de la Guinée.
 
Au Ministère de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique, la facture pour la gestion des examens nationaux a été doublée. Entre 20 et 25 milliards de GNF selon le Ministre de l’économie et des Finances, on est passé sans problème à 40 milliards de GNF en l’espace d’une année. Il a fallut la vigilance du Ministre de l’économie et des Finances Kerfalla Yansané pour déjouer le coup. La gestion des examens nationaux est terminée mais le Ministre Ibrahima Kourouma est toujours en place.
Mieux, le Ministère de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique piloté par Ibrahima Kourouma a installé un cadre au sein de son département pour retirer de l’argent aux étudiants désireux de poursuivre leurs études à l’étranger.  Débordé par  le nombre pléthorique des demandeurs, Ibrahima Kourouma et les siens n’ont pu honorer leur engagement. L’affaire a été portée devant la justice par les étudiants escroqués. Le département a été condamné à payer la faramineuse somme de 1 milliard 775 millions de GNF aux étudiants.
A propos de cette affaire, des remboursements sont actuellement en cours auprès des étudiants  par le Ministre Kourouma pour ne pas que ça soit ébruité.  Là également, Alpha Condé n’a rien dit.
Le Ministre Ibrahima Kourouma  continue toujours de gérer les affaires du département en toute impunité.
Au Ministère des Postes et Télécommunications, l’affaire de la SOTELGUI et la gestion du dossier de la fibre optique continue d’alimenter toutes les chroniques. Mais  le Ministre Oyé Guilavogui qui bénéficie du soutien du Ministre Directeur de cabinet à la présidence de la République,  le très controversé Dr Mohamed Diané tient toujours la barre. A ce niveau aussi, pas de procès pour corruption ou détournement.
Aux travaux publics, la passation des marchés publics n’est pas aussi catholique. Mais à l’administration et contrôle des grands projets, ce sont les hommes qui changent de porte feuille. Les pratiques de corruption et d’affairismes sont toujours e cour. Là aussi, pas de procès.
Dans le domaine minier, Alpha Mohamed Condé, le très controversé fils unique du président Alpha Condé reste le maitre incontesté. Les contrats passent par lui ou rien. Il est tellement fort  et incontournable dans le domaine minier guinéen qu’il possède lui-même une société. La société West africa Exploration du groupe Sable mining.
Cette société a pour  Président Directeur général Aboubacar Sampil, l’ami inséparable du fils à papa. Ce dernier est aussi allé au sénégal pour prendre un Sénégalais qui pilote le projet.  Ça aussi, au vu et au su de tout le monde. A ce niveau aussi, pas de procès pour corruption ou détournement.
Pour mémoire, nous vous reproduisons cet article de Guineelive
MEMOIRE: Alpha Condé à propos de son fils …
 
Le président guinéen qui a fait de son fils son conseiller chargé de mission se présentait aux guinéens comme un président et un gestionnaire blanc comme neige.
 
Mais à voir des pratiques et l’évolution de notre beau pays, on a l’impression qu’il y a une distance océanique entre les discours du président guinéen et sa pratique sur le terrain. Un chef ne doit pas mentir à son peuple, dit-on dans le langage populaire le plus souvent.
Et Guineelive vous propose les propos du président Alpha Condé à propos de son fils dans le journal  » Jeune Afrique ». Lisez plutôt.

«Mon fils n’est pas un homme d’affaires ni un entrepreneur en quoi que ce soit. Il a fait des études aux États-Unis, il a travaillé au Brésil puis à Londres et il est revenu m’aider ici après le décès de mon frère (Malick Condé).

 Je parle mal l’anglais, lui est anglophone, aussi lui ai-je demandé de me servir de traducteur et de suivre pour moi les dossiers de coopération avec l’Afrique du Sud de mon ami Jacob Zuma. Pour le reste, je n’ai aucun homme d’affaires dans ma famille et je ne donne de mandat à personne pour me représenter…»
Chers lectrices et lecteurs de Guineelive, jugez-en !
 
 
Ousmane Cissé
Partager