Partager

Force est de reconnaître aujourd’hui que ce vieux métier a pris une vitesse de croisière en Guinée surtout en ces derniers moments à Conakry. La pauvreté ambiante dans la quelle vive les guinéens et la démission des parents ne sont pas pour décourager le phénomène.

 

 Une réalité qui crève les yeux  chaque jour que le bon Dieu fait.

Nombreuses sont les jeunes filles dont l’âge varie de 13 à 19 ans et certaines grandes femmes parfois mariées  qui se livrent totalement à ce marché à la conquête parfois du bien être ou tout simplement pour les gains faciles.

 Le constat est très amère dans certaines boîtes de nuit, les maquis ou parfois même au bord des grands carrefours de la place.

Dès la tombée du  crépuscule, ces femmes et jeunes filles prennent leurs sacs sous l’œil indifférent des parents malmenés par une misère qui ne dit pas son nom. D’ailleurs, la plupart de  ces parents n’incitent-ils pas ces filles à aller à la recherche de la dépense quotidienne ? Dans la majorité des cas, ces filles abandonnent les écoles et les métiers pour se transformer en travailleuses de sexe pour faire face à des besoins exclusifs. Une manière pour elles, de venir en aide aux parents dépourvus de tous les moyens financiers (nourritures, frais de l’location, d’habillements etc.).

Comment cette pratique se déroule-elle dans la cité ? Pour répondre à cette préoccupation, les choses  sont claires. Il suffit seulement de faire un tour pendant la nuit dans certains endroits cités ci-dessus. Ces filles s’exposent à travers des habillements extravagants et bizarres qui mettent à nu la prééminence  de leur corps. L’on peut également remarqué dans certains coins dont nous avions fréquentés   la consommation abusive d’alcool et du tabac qui sont devenu aussi une fierté pour ces filles qui sont en quête de  10.000 GNF ou 20.000 GNF.

 En vous référant à toutes ces pratiques qui se passent dans ces lieux, vous comprendrez que c’est une honte pour la nation guinéenne  en générale et la jeunesse en particulier, quand l’espoir de la jeunesse repose fermement sur la prostitution, l’alcool et autre comportement nuisibles dans la capitale Conakry.

Il est donc  temps pour les familles et les autorités du pays de bien vouloir prendre des dispositions pour diminuer  a défaut d’éradiquer cette  pratique qui est en train de ternir l’image de notre pays à l’instar des autres.

 

Daouda Yansané

664 442 343

Partager