Partager

Le  20 août, s’est tenue au palais du peuple, dans la salle des actes, la cérémonie de lancement officiel des activités du Forum National des Jeunes des Partis Politiques (FONAJEP) organisée par son bureau.

 

 Pour la circonstance, plusieurs personnalités, politiques, administratives et des institutions internationales, dont entre autre, l’Union Européenne, IDEA, NDI et IFES ont répondus présents. Objectif : Créer un espace de dialogue entre les acteurs politiques en général et des jeunes en particulier.

 

Dans son intervention, le président du Forum National des Jeunes des Partis Politiques (FONAJEP) , N’Faly Camara, revenant sur l’historique de la création de ce Forum et ses missions a souligné «  Créer le 15 mai dernier à l’issue d’un atelier par 11 partis politiques, aujourd’hui le forum compte en son sein 23 partis politiques pour mener ce combat d’initiation, d’éducation, de sensibilisation des acteurs politiques, pour l’intérêt supérieur de la population guinéenne. Notre mission est de rassembler les jeunes de tout bords afin de promouvoir la jeune démocratie de notre pays », a-t-il précisé.

 

Par la suite,  il a plaidé auprès des leaders des partis politiques pour une révision des statuts concernant les jeunes pour selon lui,  les permettre de participer davantage aux débats politiques guinéens.

De son coté, le représentant de l’institution initiatrice,  l’institut international pour la démocratie et l’Assistance électoral (IDEA)  Ibrahim Niang  s’est réjouit de l’engagement des jeunes des partis politiques pour l’instauration  d’un dialogue inclusif entre eux pour une paix durable en Guinée.

Pour la suite, M. Niang  a  exprimé  la  disponibilité de son institution à continuer d’apporter leur appui financier et leur expertise à ce Forum. ‘’Investir dans cette plateforme, c’est investir pour le changement’’, a-t-il soutenu.

 Enfin, l’honneur est revenu au ministre des Droits  de l’Homme et de des Libertés Publiques de soutenir que la paix se construit, pour le faire, il faut se conformer  à un certain nombre de principe démocratique qui est le respect de la loi.

 « Notre pays ne peut faire d’exception, vouloir la démocratie et refuser de se conformer aux principes démocratiques. Par conséquent, la paix est nécessaire, mais pour en arriver là, il faut que chacun pose des actes concrets allant dans le sens de la démocratie. Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour accompagner  les initiatives  dans la légalité.’’, promet Kalifa Gassama Diaby

 Daouda Yansané

664 442 343

Partager