Partager

Dans le décret d’ouverture de la campagne électorale, le président de la République avait demandé à un certain nombre de département ministériels et d’institutions républicaines de prendre toutes les dispositions pour conférer à l’événement tout son éclat.

 

 Autrement, chacun devait jouer le rôle qui est le siens pour rendre le processus électoral transparent et crédible.Et bien parmi les institutions figure en bonne place le CNC, conseil national de la communication qui joue le rôle de régulateur des medias en Guinée.

L’organe chargé de réguler les medias au pays après avoir établi les temps d’antenne des candidats aux élections législatives pour leur passage sur les antennes des medias d’Etat, notamment la radio télévision guinéenne, s’atèle maintenant à créer des conditions de travail optimale pour les femmes et hommes de medias.

Ainsi, le CNC a mis à disposition des medias des cartes de presse dénommé « spécial élections législatives ». Ces cartes de presse, badges  et autres gadgets permettront aux journalistes d’accéder partout où ils veulent à la recherche de l’information dans le cadre de ces élections législatives.

Ces moyens de travail permettront aux journalistes d’éviter des accrochages avec les forces de défense et de sécurité qui sont le plus souvent hargneux et hostiles à la presse.

A en croire à la présidente du conseil national de la communication, Martine Condé, la seule présentation des documents établis par son institution permettra aux journalistes d’accéder aux informations, aux sites retenus pour les opérations électorales et les voitures peuvent aussi passées avec la présentation des mêmes cartes de presse.

 

Sur tout autre plan, il faut dire que les guinéens de l’étranger voteront le  dimanche 22 septembre et pour cause. La date du 24 septembre, date du scrutin tombe sur un mardi qui reste un jour ouvrable.

Naby Camara

 

Partager