Partager

Absente du pays depuis des mois, des rumeurs ne cessent de courir derrière l’ancienne maire de la commune de Matam et ancienne Ministre de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique du capitaine Moussa Dadis Camara.

 Ministre délégué des guinéens de l’étranger dans le gouvernement du Premier Ministre, Mohamed Saïd Fofana, les relations entre le locataire du palais Sekhoutoureah et la dame de fer étaient devenues inconciliables ces derniers temps. Au point que certaines mauvaises langues ont soutenu que son département n’a pas de budget de fonctionnement. Ce qui a poussé Rougui Barry à quitter la Guinée pour les Etats Unis.

 

Mais ce qui taraude les esprits, c’est que Rougui Barry n’a jamais clairement dit qu’elle a démissionné du gouvernement du président Alpha Condé par manque de budget de fonctionnement.

Pourtant, elle a quitté la Guinée depuis des mois sans expliquer aux gens ce qui s’est réellement passé.

Et aujourd’hui, les choses se précisent puisque Rougui Barry ne se présente plus comme Ministre délégué aux guinéens de l’étranger mais plutôt comme patronne du Groupe Aluson et « Consultante en Économie de Développement ».

Depuis les Etats Unis où elle vie actuellement, elle  a envoyé à la Rédaction de Guineelive un message pour publication. Lisez plutôt.

 

 Mme KABA Hadja Rougui BARRY depuis les Etats Unis

 Chers compatriotes; A travers divers combats et discutions, nous allons enfin aux élections législatives après des années d’attente et de souvenirs douloureux. Que nos prières accompagnent nos morts, les parents, amis des disparus. Nous avons tous perdu car c’est la Guinée qui est en deuil en perdant ses fils et filles.

Cette consultation démocratique est notre objectif pour trouver une solution de sortie de misère et de cette division qui ne profite à personne dans la conscience des hommes et devant Dieu. Nous connaissons tous nos aspirations profondes et devons fournir un effort pour trouver le bon message à transmettre dans une communication respectable et non violente. Chacun a un voisin qui en connait un autre et un ami qui est parent de son challenge; nous devons savoir comment harmoniser nos débats et présenter au peuple de Guinée un chapelet de programme de sortie de crise ou du gouffre afin que le bonheur n’échappe pas à notre beau pays. N’allons pas dans une discussion stérile afin d’éviter un retard au pays et porter atteinte à l’avenir du peuple de Guinée. Nous nous connaissons tous à travers un autre ou plus ; alors restons dans un esprit familial au nom de la Guinée et animons des débats efficaces et constructifs.

 Car les élus décideront du contenu des lois à voter à l’assemblée nationale et cette clause est commune et le memo final sera toujours appelé le vote des députés guinéens.

 Que le peuple de Guinée puisse apprécier dignement son engagement pour que la condition ou la situation du changement soit comprise de tous et de chacun selon son souhait et sa volonté et non une obligation.

 Il n’y a d’obligation de devoir que pour celui ou celle qui a la confiance d’une entité à conduire vers le chemin présumé choisi par la dite entité. Que chacun sache que la décision qui sera prise va engager la Guinée dans une vie future proche, forte de promesse mais d’obligation de réussite. Que chacun oubli sa personne unique,  pour prendre à bras le corps  et dans l’âme  la réconciliation nationale, le bonheur du peuple de Guinée et le respect des citoyens, de la nation et du sang versé sur notre sol depuis des générations.

 Afin que des veuves, veufs, orphelins, martyrs et héros aient enfin une réponse devant les hommes et Dieu ; que le monde prenne acte de la Guinée. Ceux qui sont en âge avancé n’ont d’espoir d’être témoin que peu de temps, ceux qui ont combattu ont une raison de l’engagement, mais notre futur se construit aujourd’hui avec la note de chacun de nous chers compatriotes.

 La qualité de la confiance entre nous guinéens va sans doute nous aider à mieux gérer l’après élection du 24 septembre 2013. Nous devons synchroniser cette approche pour que chacun comprenne que c’est une bataille d’idée et non un corps à corps. Afin que chacun fasse passer son idée et son point de vu que le peuple va absorber ou rejeter dans son choix futur.

Le programme de circulation des candidats, afin d’éviter les carambolages est à respecter et chacun dans la limite du temps pourra passer son tour sans affrontement et sans égard de langage s’il vous plait surtout que nous allons tous nous retrouver au match de foot dans le même stade contre un autre pays.

Nous savons tous que personne n’ira avec le sol dans sa maison, donc la patience doit être de rigueur pour une zone commune à préserver par chacun de nous. 

Notre sol n’a pas besoin de sang pour prospérer, le sang n’a pas de nationalité ou d’ethnie. Notre unique objectif comment hisser la Guinée au plus haut pour que le miel coule pour chacun et tous. Nous enfants nous regardent et nos petits-enfants serons nos premiers juges, nous serons tous comptable des faits. Que chacun mobilise ses émotions dans l’intérêt national il est notre seul et fidèle ami.

 

Oui je sais que c’est une forte compétition, mais elle doit être intelligente pour le peuple de Guinée. Que Dieu nous accompagne dans la bonne coopération des Hommes. Bonne chance à la Guinée. Et que Dieu bénisse le Monde.

 

Mme KABA Hadja Rougui BARRY

 Consultante en Economie de Développement.

 

Partager