Partager

Pour la gestion des deniers publics et le calibrage des projets de développement au service des citoyens, les dirigeants guinéens ne tirent jamais les leçons du passé.

Pour rappel, après la longue crise sociopolitique des mois de janvier et février 2007, Lansana Kouyaté, diplomate et ancien fonctionnaire international a été nommé au poste de Premier Ministre suite à un accord entre les syndicats, la société civile et le gouvernement de l’époque pour  la formation d’un gouvernement de consensus.

 

Lansana Kouyaté avait la lourde charge de sortir son pays de la léthargie de plus de deux décennies de mal gouvernance. Et comme d’autres Premiers Ministres qui lui ont précédé, notamment Sidya Touré, actuel président de l’UFR, Lansana Kouyaté trouvait inadmissible et inacceptable que la capitale guinéenne et le pays tout entier soit plongé dans l’obscurité sans compter l’éclairage public qui faisait cruellement défaut.

Et comme par enchantement, Lansana Kouyaté se rappel soudainement que la Guinée possède des fonds à l’étranger, notamment en Suisse bloqué pour mauvaise gouvernance mais qui peuvent être utilisés pour l’achat des panneaux solaires, l’électrification du pays et l’achat des bus pour améliorer la déserte en électricité et le transport en commun.

Mais le montant domicilié dans les comptes Suisse restait insignifiant aux yeux de Lansana Kouyaté pour faire face aux nombreux problèmes qui assaillent la Guinée. Il jettera alors son dévolu sur un crédit révolving au niveau de la banque française BNP Paribas à hauteur de 10 millions de dollars. Ainsi, des panneaux solaires et 100 bus seront achetés à plusieurs millions de dollars.

Du palais du peuple à la rentrée de la commune de Kaloum jusqu’à Matoto, le quartier qu’il habite en haute banlieue de Conakry, un espace fut aménager au milieu de l’autoroute et de la route Le Prince pour planter des poteaux des panneaux solaires. L’éclairage public deviendra alors une réalité pour le grand bonheur des citoyens et usagers de la route. Pour tout dire, les populations s’en réjouissent.

Mais hélas, Lansana Kouyaté qui savait pertinemment que les panneaux solaires qu’il a envoyé en Guinée ont besoin de nettoyage pour enlever la poussière sur les lampes n’a rien prévu à cet effet.

Conséquence, les panneaux solaires qui ont couté des millions de dollars aux contribuables guinéens se sont arrêtés les uns après les autres. Et comme par le passé, la capitale guinéenne est de nouveau plongée dans le noir et l’éclairage public a foutu le camp.

Par manque d’entretien encore, les 100 bus qui ont couté aux contribuables guinéens plus de 8 millions de dollars se sont arrêtés aussi les uns après les autres avant de disparaitre à jamais.

Et pour effacer d’ailleurs les traces, l’actuel Ministre délégué aux Transports du président Alpha Condé, le très controversé El hadj Tidjane Traoré qui aime l’argent comme la prunelle de ses yeux selon ses détracteurs,  a ordonné récemment on ne sait pour quel but  à ce que les bus soient dépecés en morceaux. Ce qui fut fait. Les carapaces, carcasses,  moteurs et autres pièces ont disparus de la grande cour où étaient garés ces bus à Matoto pour une destination inconnue.

Certaines mauvaises langues du coin sont allées plus loin pour dire que le Ministre Tidjane Traoré a revendu ces pièces à des « oreilles rouges » moyennant des espèces sonnates et trébuchantes qui ne tomberont jamais dans les caisses trouées du contribuables guinéen.

Comme on le voit à travers ces lignes citées plus haut, des dizaines de millions de dollars du contribuable guinéen qui ont été déloqués et  sous forme de prêt  par Lansana Kouyaté au nom des guinéens n’ont servi presque à rien.

Aujourd’hui, les poteaux de ces panneaux solaires longent toujours l’autoroute et la route Le Prince mais ne sont bons désormais que pour les musées sans doute pour rappeler aux guinéens qu’ils ont investi des millions de dollars pour rien.

 

C’est le moment choisi par le président Alpha Condé d’engager aussi son gouvernement dans le projet de panneaux solaires.  Ces nouveaux panneaux solaires apparemment bien jolis que ceux de Lansana Kouyaté sont entrain d’être plantés au milieu des premiers poteaux sans aucun autre forme de procès.

Les personnes qui sont recrutées pour faire ces travaux  le long de l’autoroute travaillent apparemment nuit et jour non stop. Et puisque les mauvaises langues ne manquent pas au pays du président Alpha Condé, nombreux sont les citoyens qui parlent de projet tape à l’œil qui a pour seul objectif de séduire les électeurs en cette période de campagne électorale en vue des élections législatives du 24 septembre.

D’autres citoyens  par contre n’ont pas la mémoire courte. Ils se rappel du projet mort-né de l’ancien premier Ministre Lansana Kouyaté qui avait engagé l’Etat à dépenser plusieurs millions de dollars pour un résultat bien maigre.

A ce jour, tous les observateurs sont unanimes d’une chose. Les poteaux se comptent par milliers le long de l’autoroute et la route Le Prince pour l’éclairage public, dit-on. Mais la seule certitude, c’est que les sceptiques sont nombreux en ce qui concerne l’avenir de cet autre projet dont le montant n’est pas encore révélé aux contribuables guinéens qui a mis la main à la poche pour régler la facture.

 

Comme pour dire que les erreurs de Lansana Kouyaté risquent de se reproduire si des mesures ne sont prises cette fois-ci pour l’entretien de ces panneaux solaires qui coûtent extrêmement chers, selon les connaisseurs du dossier de l’énergie solaire.

 

Almamy Kalla CONTE

 

664 261 370

 

Partager