Partager

Dans le quartier de Dabompa plateau dans la commune de Matoto, l’insalubrité au niveau du dépotoir  provisoire  du quartier situé sur la colline risque de causer de sérieux problèmes de santé aux citoyens si des solutions idoines ne sont pas prises à temps pour éviter le pire.

 

Dans ce quartier situé en haute banlieue de Conakry se trouve le commissariat central numéro 7 de la ville de Conakry, non loin de la T8. C’est justement tout près de ce commissariat central qui a tout de même fait des prouesses pour chasser le grand banditisme et la criminalité dans le quartier que se situe un dépotoir d’ordure provisoire où les citoyens viennent déposer des ordures après la collecte d’une société mandatée à cet effet par le responsable du marché, un certain M.Condé et le chef de quartier de Dabompa Plateau, M.Sékou Soumah.
Les ordures collectées à partir du marché central de la localité et dans les foyers qui sont abonnés sont acheminées à cet endroit pour être acheminer au dépôt central.
Seulement voila, M.Condé, le responsable du marché central de Dabompa plateau et le responsable du même quartier Sékou Soumah prennent certes de l’argent avec les femmes du marché et dans les foyers par l’entremise d’une société qui collecte des ordures mais ils n’envoient jamais les camions bernes pour ramasser. Alors que les camions bernes chargé de ramasser les ordures sont garés dans  la commune de Matoto. Il suffit simplement  pour le responsable du marché de Dabompa plateau et le chef de quartier de faire une simple demande et carburer ces camions bernes pour que la commune les mette à leur disposition pour débarrasser leur quartier des ordures qui dégagent des odeurs nauséabondes.
Contacter pour avoir sa version des faits, le chef de quartier Sékou Soumah  nous a refiler à son second pour en parler. Ce dernier dira que le quartier a écris à la commune de Matoto qui a des bernes pour venir débarrasser le quartier des ordures sans succès.

Pourtant selon nos sources, pas  moins de 200 000 GNF sont collectés chaque jour au marché de Dabompa plateau par la société au compte du quartier et du marché.

Où est donc passé cette somme  qui se chiffre à plusieurs millions de GNF par mois ? L’adjoint de Sékou Soumah n’a pas souhaité répondre à cette question pour des raisons dont nous ignorons complétement.
Avant d’accuser l’autorité communale en ces termes  »  Nous avons écris au maire pour qu’il nous envoie des camions pour prendre ces ordures. Si les ordures ne sont pas collectées et acheminer au dépôt central pour débarrasser le quartier de Dabompa plateau des ordures nauséabondes, c’est la faute au président de la délégation spéciale de la commune de Matoto, MohamedKoumandjanKéita ».

Joint à son bureau pour sa version des faits, le commissaire central du commissariat central de Dabompa  plateau a déclaré pour sa part qu’il a écris à son tour au gouverneur de la ville de Conakry, Commandant Sékou Resco Camara pour qu’il débarrasse le quartier de ces ordures.L’emplacement même au cœur du quartier et des habitations n’est pas approprié, souligne Commissaire Ifono, c’est son nom qui a reconnu la nécessité de débarrasser le quartier des ordures de cet endroit. Mais n’ayant pas les moyens, il s’en remet à la sagesse des autorités administratives.
Pour l’heure, les ordures sont à quelques mètres du commissariat central et les policiers qui y sont passent de mauvais temps aussi bien dans la journée que dans la nuit.
« Nous ne savons vraiment pas à quelle autorité se vouer. Nuit et jour, nous respirons des odeurs nauséabondes qui constituent une menace réelle pour notre santé »,  se confie u policier qui a tenu à garder le strict anonymat.
Les riverains du commissariat central de Dabompa plateau et du dépotoir ne sont pas aussi en reste. Madame Camara, née N’na Aicha ne décolère pas.  Elle accuse « Le chef de quartier Sékou Soumah et le responsable du marché prennent chaque jour que dieu fait de l’argent au marché avec les femmes  et dans les foyers à la fin de chaque mois. On se demande vraiment où va tout l’argent qu’ils prennent avec les femmes au marché et dans les foyers ». Elle poursuit en disant que dans ce quartier enclavé où passe la transversale numéro 8, la présence de l’Etat et de son autorité  est inexistante.

Mme Touré, tenancières d’une gargote non loin des lieux  parlent aussi de l’irresponsabilité des responsables du quartier de  Dabompa plateau qui ne pensent selon, elle qu’à leur poche trouées.

Aux dernières nouvelles, les foyers qui entourent le commissariat central et le dépotoir n’entendent pas laisser cette situation perdurer. M.Souleymane  Yattara très en colère affirme que si des dispositions urgentes ne sont pas prises, les riverains des lieux se retrouveront pour interdire le dépôt des ordures en ces lieux. Une façon selon lui de préserver leur santé et celle de leur famille.

En attendant, la première dame de la République, Madame Condé Hadja Djènè Kaba en compagnie du gouverneur de la ville de Conakry, Sékou Resco Camara ont lancé en grande pompe mardi au palais du peuple le projet « eau et assainissement de la ville de Conakry ».
Commandant Sékou Resco Camara a même offert selon nos informations dix millions de GNF au projet et du matériel de travail pour bouter les ordures hors de Conakry.
Il reste maintenant à savoir si les préoccupations des habitants de Dabompa plateau seront pris en compte.

Ousmane Cissé

Partager