Partager

Les iles de Kaback, autrefois grenier de la basse Guinée et enviées à cause de ses cocos très doux, ses ananas et autres fruits disparaitra de la carte de la Guinée si des mesures urgentes ne sont pas prises.
Cette iles est une zone essentiellement agropastorale  avec la cultures de riz  et maraichers  qui alternent au cours de l’année. L’élevage est aussi florissant dans les iles de Kaback.

 

En cause, la digne de protection des champs et par ricochet des habitations puisque la digne entoure les iles qui  a complétement foutu le camp.
Les noix de coco, les palmiers et autres arbres fruitiers  sont menacés de disparition avec l’avancé des eaux.
En 2011, le président Alpha Condé avait promis de rétablir cette digne. Un montant de 1 million 500 mille GNF avait été dégagé mais apparemment, le travail a été mal fait pour ne pas dire pas du tout fait.
Conséquence, cette année, les eaux menacent à la fois les arbres fruitiers, les cultures maraichers et les habitations.
De nouveau, le gouvernement a promis de mettre sur la table 8 milliards de GNF. Déjà selon nos sources, 30% du montant a été payé à la société CASTOR qui réalise les travaux.
On parle du mois de novembre prochain pour le démarrage des travaux.

 

Qu’à cela ne tienne, les habitants des iles de Kaback ont la peur bleue au ventre. Et cette fois-ci les travaux ne sont pas réalisés à temps et  comme ça se doit, Kaback risque d’être engloutie par les eaux.

 

Naby Camara

 

Partager