Partager

Le Roi du Maroc, Mohammed VI était à Bamako dans la capitale malienne pour assister à l’investiture du nouveau président malien, Ibrahima Boubacar Kéita, alias IBK pour les intimes.

Dans ce pays frère, le Roi Mohammed VI était  accompagné de  plusieurs personnalités du royaume, notamment le Prince Moulay Ismail, les conseillers du Souverain, Taib Fassi Fihri et Fouad Ali El Himma. Ce n’est pas tout car la délégation comprenait également le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, le Général de Corps d’armée, Abdelaziz Bennani, Inspecteur général des Forces Armées Royales, Commandant de la zone Sud et le Général de brigade Ali Abrouq, Inspecteur du service de santé des FAR, ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires, rapporte nos confrères Marocains.
Le souverain Marocain en a profité pour passer en revue plusieurs axes de coopération avec les nouvelles autorités maliennes, accorder des audiences à plusieurs chefs  d’Etat  africains.
Pour le cas précis du Mali, le Roi  a donné des instructions pour l’installation d’un hôpital militaire de campagne à Bamako et pour l’envoi d’une aide humanitaire au peuple malien.
Pour lier l’acte à la parole royale, une mission médicale spécialisée a été  déployée dans la capitale malienne pour faire une pierre, deux coups. Apporter à la fois un soutien logistique et humanitaire qui sera acheminé par les moyens aériens des Forces Armées Royales.

Ce centre médical sera ouvert à toute la population et doté de plusieurs modules spécialisés, de même qu’un lot important de médicaments destiné à l’ensemble de la population malienne, y compris les habitants du Nord qui ont des velléités séparatistes, a rassuré le Roi du Maroc.
  Cette initiative royale s’inscrit dans le cadre de la solidarité du Maroc à l’égard des pays africains frères et du Mali particulièrement avec lequel le Maroc entretient des relations séculaires et privilégiées, rapporte l’agence de presse marocaine.

Ce qui témoigne à n’en pas douter de la qualité exceptionnelle des relations maroco-maliennes et de l’amitié séculaire qui lie les deux peuples.

Dans son discours  de circonstance  à Bamako à l’occasion de l’investiture solennelle du nouveau président malien,,  le roi a adressé ses vives félicitations au président Ibrahim Boubacar Keïta, pour son élection à la magistrature suprême de son pays.  » Mes vœux ardents de succès accompagneront votre action au service des aspirations légitimes du peuple malien à la paix, à la concorde et au progrès ».
Par  ailleurs, le roi a mis l’accent sur la singularité culturelle du Mali  qui a, de tout temps, constitué une composante majeure du patrimoine islamique et de l’identité africaine avant d’ajouter  » toute action coordonnée internationale qui n’accorderait pas l’importance requise à la dimension cultuelle serait vouée à l’échec. Le partenariat que le royaume entend offrir en faveur de la reconstruction matérielle et immatérielle du Mali, s’inscrit pleinement dans cette philosophie », précise le roi.
Parlant toujours de l’identité culturelle du Mali qui a été victime des Djihadistes, le Roi Mohamed VI a tenu à préciser  » Il est indispensable de réparer les destructions matérielles et de soigner les blessures symboliques, par la réhabilitation des mausolées, la remise en état des manuscrits, leur préservation, et la redynamisation de la vie socio-culturelle. La tradition et la pratique de l’Islam au Maroc et au Mali ne font qu’un. Elles se nourrissent des mêmes préceptes du juste milieu. Elles se réclament des mêmes valeurs de tolérance et d’ouverture à l’autre, et demeure le fondement du tissu spirituel qui a lié nos deux pays », a souligné le souverain Marocain.
Dans le cadre du développement du Mali, Mohamed VI a promit d’apporter son appui aux programmes maliens de développement humain, notamment en matière de formation des cadres, d’infrastructures de base et de santé. « Notre coopération encouragera la communauté des affaires à s’impliquer davantage dans la promotion des échanges et des investissements entre nos deux pays, favorisant ainsi l’emploi et le transfert des compétences et des capitaux », rassure le roi du Maroc.
Pour ce faire, le souverain estime que tous les pays africains doivent jouer leur partition dans les règles de l’art  pour aider le Mali à sortir de la crise  » dans cette importante mission de reconstruction, tous les pays africains frères ont un rôle essentiel à jouer. Malheureusement et en dépit de ces enjeux, certains Etats et parties s’emploient à détruire, au moment où d’autres choisissent de construire. C’est en vertu de sa riche et inaliénable tradition de coopération avec les Etats frères subsahariens que le Maroc entend remplir activement sa part de responsabilité historique »

Pour sa part, le président Ibrahim Boubacar Keita visiblement ému par la présence du Roi et les instructions qu’il a donné en faveur de la stabilité et du développement de son pays  a rendu  un vibrant hommage au Roi Mohammed VI, notamment pour son engagement en faveur des idées nobles.   » Merci, grand merci à Vous, Majesté, pour l’incommensurable et l’insigne honneur que Vous faites à notre peuple et à notre modeste personne par votre présence auguste ici, aujourd’hui », a déclaré l’élu du peuple Malien devant un parterre d’une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement africain et le président français,  François Hollande.
Poursuivant, Ibrahim Boubacar Keita a mis un accent particulier sur les rapports qui ont de tout temps, lié le Maroc et le Mali. Des rapports, tissés tout  au long des siècles, fécondés par Ahmad Babar El Soudani et d’autres éminentes personnalités  qui ont cimenté les relations séculaires entre le royaume et les autres parties du continent.
En marge  de la cérémonie d’investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keita, ça n’a vraiment pas été repos pour le Roi Mohamed VI avec le balai diplomatique des chefs d’Etat africains.
Il  s’est notamment  entretenu  à Bamako avec plusieurs chefs d’Etat présents aux festivités dont notamment,  le président guinéen Alpha Condé qui a des défis énormes à relever pour le développement de son pays, le français,  François Hollande, le tunisien, Moncef Merzouki, le gabonais Ali Bongo Ondimba, le  nigérien Mahamadou Issoufou, le  tchadien Idriss Deby et l’ivoirien Alassane Ouattara.
Les entretiens du Souverain avec chacun des chefs d’Etat ont essentiellement porté sur la qualité des relations bilatérales et les moyens de les renforcer. Un accent particulier a été mis lors des entretiens avec les nombreux chefs d’Etat présents à la cérémonie d’investiture du président Kéita sur l’importance de la coopération sud-sud entre les Etats africains.
De même, le Roi a abordé respectivement avec les chefs d’Etat l’évolution de la conjoncture régionale notamment en Afrique de l’Ouest.
Les différents chefs d’Etat ont saisi cette occasion pour exprimer au Roi leur reconnaissance pour le rôle éminemment positif joué par le Souverain dans la consolidation de la paix et du progrès en Afrique, révèle nos confrères Marocains.
    Comme on le voit, la visite du Roi à Bamako avait une dimension hautement humanitaire pour le Mali avec des conseils avisés du Roi aux chefs d’Etat africains en ce qui concerne les crises sociaux-politiques et économiques que traverse le continent.
Le Roi Mohammed VI qui incarne aussi l’autorité islamique au Maroc, accompagné de la forte délégation qui l’accompagne a aussi accompli la grande prière du vendredi avec le président malien, Ibrahim Boubakar Keita à la grande mosquée de Bamako. Une façon de dire que  la force et la gloire des musulmans passent nécessairement par leur union sacrée en tout temps et en toute circonstance.

 
  Almamy Kalla CONTE

Partager