Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’affaire d’escroquerie portant sur 1 milliard 775 millions de GNF qui oppose le Ministère de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique à 156 parties civiles, représentant les 156 étudiants escroqués n’a pas encore fini de livrer tout son secret.

Non content d’être condamné solidairement à payer 1 milliard 775 millions de GNF aux 156 étudiants escroqués par le tribunal de première instance de Kaloum, le chef  de cabinet du Ministère  de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique, Kélèfa Diallo a fait appel du jugement. Pour Kélèfa Diallo, c’est hadja Kadiatou qui a retiré l’argent aux 156 étudiants désireux de poursuivre leurs études à l’étranger et pas lui et son ministre Ibrahima Kourouma. Mais ce que Kélèfa a peut être oublié de dire, c’est que c’est au nom du  Ministère de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique que Hadja Kadiatou a pris l’argent dans les locaux même du département au vu et au su de tout le monde.
Et ce lundi, l’affaire était devant la cour d’appel de Conakry pour examen avec la seule cadre condamnée dans cette affaire, Madame Hadja Kadiatou Traoré à la barre.
 Justement pour l’avocat de Madame Hadja Kadiatou Traoré, Me Sidiki Bérété, dans cette affaire, le chemin est passé par le bas coté de la montagne. « Madame Hadja Kadiatou Traoré est la seule cadre condamnée dans cette affaire alors que les gros poissons que sont le ministre Ibrahima Kourouma et son chef de cabinet Kélèfa Diallo, placés très haut au ministère de l’enseignement pré universitaire et de l’éducation civique n’ont pas été inquiété, ni par la justice, ni par l’Etat dans cette affaire  et c’est cette pauvre qui  croupit  toujours en prison ».
Pour ces motifs, Me Sidiki Bérété a demandé à la cour de lui remettre Madame Hadja Kadiatou Traoré qui a déjà passé 21 mois en prison sur deux ans  pour une  liberté provisoire en attentant le jugement  puisque  que le ministre Ibrahima Kourouma et son chef de cabinet Kélèfa Diallo ne sont même pas inquiétés.
Pour Me Dinah Sampil, ancien bâtonnier et avocat de Kélèfa Diallo, dans cette affaire, le chemin n’est pas  passé par le bas coté de la montagne. Pour lui, c’est  Madame Hadja Kadiatou Traoré qui a retiré de l’argent aux étudiants qui est la seule responsable « en plus de cela au tribunal de première instance de Kaloum, c’est elle qui a été condamnée et non Kélèfa Diallo et Ibrahima Kourouma », fin de citation.
Mais puisque les débats devenaient vraiment intéressants, le président de la cour Fodé Bangoura a coupé court pour renvoyer l’affaire au 13 janvier 2014 pour que la cour se prononce sur la demande de mise en liberté provisoire de l’avocat de Madame Hadja Kadiatou Traoré.

Il faut dire que Kélèfa Diallo n’est pas à sa première condamnation par la justice guinéenne pour des actes peu catholiques qu’il pose pour s’enrichir. En 2008 lors des examens nationaux, il y a eu fuite du sujet sur toute l’étendue du territoire national.  En sa qualité de Directeur des services examens et concours scolaires où il a passé près de trente ans au même poste, il avait été jugé et condamné.
Mais c’est sans compter sur la détermination du président Alpha Condé qui a de nouveau recyclé Kélèfa Diallo comme chef de cabinet au même département.

Guineelive suit le dossier pour vous

Partager