Partager

Dans la soirée du 31 décembres 2013, le présidente Alpha Condé a présenté ses vœux aux guinéens. Dans cet exercice, le président guinéen s’est évertué à faire une comparaison entre les différents régimes guinéens sur le plan des finances publiques. Lisez plutôt. 

‘’ Le fort endettement du Trésor auprès du système bancaire a été l’illustration la plus éloquente de la situation économique calamiteuse dont nous avons hérité. De 45 milliards de francs guinéens à la prise du pouvoir par l’armée en 1984, celui-ci est monté à 137 milliards à fin décembre 1999, à 274 milliards en 2001, pour culminer à plus de 2 000 milliards en 2006. Le régime de transition a porté ce montant à 3 449 milliards de francs guinéens en 2009 et 6 433 milliards à fin décembre 2010 pour atteindre un endettement global auprès du système bancaire de 8 347 milliards de francs guinéens.’’

Comme on le voit, de  3 449 milliards de GNF  en 2009 et au moment même ou capitaine Moussa Dadis Camara quittait le pouvoir, l’endettement du Trésor auprès du système bancaire est passé à   6 433 milliards à fin décembre 2010, soit le double presque.

Comme pour dire que le général Sekouba Konate, avec son fameux titre du  Haut commandant des forces africaines en attente qui attend toujours entre la Caroline du Nord, Paris et Addis Abeba  a été une catastrophe pour la Guinée et les guinéens qui tirent toujours le diable par la queue.

Ces chiffres confirment ainsi les propos des cadres de la banque centrale de la Républiques de Guinée qui soutiennent que le général Sekouba Konate a dépensé plus que les presidents Ahmed Sekou Touré, général Lansana Conté et capitaine Moussa Dadis Camara réunis.

En attendant que la roue de l’histoire ne tourne, le général Sekouba Konate est dans le beurre entre la Caroline du Nord, Paris et Addis Abeba. Loin du regard des guinéens qu’il a abusé.

Almamy Kalla CONTE  

Partager