Partager

Les travaux de réalisation de la centrale hydroélectrique de Kalété qui doit fournir 240 mégawatt à la Guinée pour atténuer à défaut d’éradiquer le manque d’électricité au pays du président Alpha Condé avancent à grands pas.

Aujourd’hui, le pourcentage a dépassé les 60% de réalisation, selon un technicien de la société Chinoise qui réalise les travaux.
Seulement voilà. Les Chinois sont catégoriques. Pas question de faire passer la ligne de haute tension qui achemine le courant produit à Kaléta jusqu’à Conakry, soit 120 km et pour cause. Nombreux sont les citoyens qui sont venus construire sous la haute tension de façon anarchique aidé en cela par l’absence de l’Etat.
 Et bien le Directeur Général du Projet Kaléta a été on ne peut plus clair. Cheick Taliby Sylla puisqu’il s’agit de lui a déclaré qu’au moment de l’installation des  lignes de la  haute tension, les lignes ne sont passées sur aucune maison, la partie était bien dégagée. Pour lui donc, ceux qui sont venus construire des maisons sur les lieux l’ont fait à leur risques et périls. Pas question de dédommager qui que ce soit, a laissé,  entendre  le Directeur Général du Projet Kaléta.
Les Chinois qui ont financé le projet à hauteur de 500 millions de dollars ne veulent pas aussi entendre parler de dédommagement à partir du moment  où les constructions se sont faites de façon anarchique.
Les  citoyens qui ont construit les maisons  sous la haute tension sont aussi catégoriques. Pas question de quitter les lieux sans qu’ils ne soient dédommagés.
Conséquences, le Ministre de la ville et de l’aménagement du Territoire, Ibrahima Bangoura, son homologue des Travaux publics, Mohamed Traoré, le directeur  du projet Kaléta et certains haut cadres de l’administration sont sur le terrain depuis hier mercredi pour sensibiliser  les populations dans les cinq communes de Conakry afin qu’elles quittent les lieux avant le démarrage de l’envoi de la ligne haute tension qui est imminente.
Il reste maintenant à savoir si les deux parties parviendront à de meilleurs sentiments pour éviter le pire et accélérer l’installation des pylônes du courant produit par Kéléta.
Naby Camara

Partager